1 min de lecture Diplomatie

La France accusée d'avoir répandu l'analphabétisme en Algérie

Les relations entre la France et l'Algérie continuent de se dégrader. Un conseiller du président algérien accuse "la France coloniale" d'avoir répandu l'analphabétisme.

Des manifestants en soutien au mouvement anti-gouvernemental Hirak en Algérie, à Paris, le 21 février 2021.
Des manifestants en soutien au mouvement anti-gouvernemental Hirak en Algérie, à Paris, le 21 février 2021. Crédit : Anne-Christine POUJOULAT / AFP
Nicolas Barreiro et AFP

Le conseiller pour les questions mémorielles du président algérien a affirmé que la France, en tant qu'ancienne puissance coloniale, était responsable de la propagation de l'analphabétisme en Algérie.

"La France coloniale a œuvré pour répandre l'analphabétisme en Algérie", a accusé Abdelmadjid Chikhi, directeur des Archives nationales et alter ego algérien de l'historien français Benjamin Stora, auteur d'un rapport en vue d'une réconciliation des mémoires entre la France et l'Algérie.

Selon plusieurs quotidiens locaux, il a souligné, en citant "les historiens", sans les nommer, qu'au début de la colonisation française, en 1830, "le taux d'analphabétisme n'approchait pas les 20% de la population". Lors d'une "Journée du savoir", organisée au centre des archives à Alger, il maintient que "tous les Algériens lisaient et écrivaient. Pendant les trente premières années de colonisation, la France avait éliminé les personnes qui lisaient et qui écrivaient. Il s'en est suivi l'ère du pillage".

Une tension diplomatique persistante

Les relations traditionnellement difficiles entre la France et l'Algérie connaissent un nouveau coup de froid. Un déplacement du Premier ministre français Jean Castex a été récemment annulé à la demande d'Alger. 

À lire aussi
Robert Badinter
Violences contre la police : "C'est très injuste", déplore Robert Badinter sur RTL

Lundi dernier, Paris a déploré des critiques du porte-parole du gouvernement algérien Ammar Belhimer contre son ambassadeur à Alger, François Gouyette. La veille, le secrétaire d'État français aux Affaires européennes, Clément Beaune, avait appelé à l'apaisement après qu'un ministre algérien eut qualifié la France "d'ennemi éternel".

Dans un entretien dimanche au Figaro, le président français Emmanuel Macron a jugé que la volonté de réconciliation des mémoires entre Français et Algériens est "très largement partagée" malgré "quelques résistances" en Algérie. Emmanuel Macron a ainsi qualifié ainsi "d'inacceptable" la déclaration du ministre algérien du Travail, Hachemi Djaâboub, qui a affirmé que la France était "l'ennemi traditionnel et éternel" des Algériens.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Diplomatie Algérie France
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants