1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Iran : les victimes "emportent dans leur tombe leur désir de liberté", témoigne une étudiante sur RTL
1 min de lecture

Iran : les victimes "emportent dans leur tombe leur désir de liberté", témoigne une étudiante sur RTL

Depuis le 16 septembre, l'Iran voit se succéder les manifestations féministes. Dans les rues, de nombreuses femmes veulent défendre leurs libertés. En quelques jours, plus de 70 personnes sont mortes dans la répression.

Les manifestations ont lieu, entre autres, suite à la mort Mahsa Amini après avoir été interpellée par la police des mœurs.
Les manifestations ont lieu, entre autres, suite à la mort Mahsa Amini après avoir été interpellée par la police des mœurs.
Crédit : AFP
Manifestations en Iran : les victimes "emportent dans leur tombe leur désir de liberté", témoigne une étudiante sur RTL
00:00:49
micro générique
Sébastien Rouxel - édité par Benoît Leroy

Elles manifestent pour leurs droits. RTL a pu discuter avec une jeune femme iranienne qui manifeste actuellement dans une ville de l'ouest de l'Iran. Maryam, étudiante, a 22 ans. Soit, le même âge que Mahsa Amini, tuée lors de son arrestation par la police des moeurs. Quelques jours plus tard, Hadis Najafi a été tuée de six balles par la police, parce qu'elle manifestait les cheveux libres.

Depuis ces drames, Maryam descend dans la rue tous les jours pour ses libertés. "Chaque jour, nous manifestons. Chaque jour, de jeunes filles enfilent leurs baskets, descendent dans la rue, mais elles ne rentrent jamais. Elles emportent dans leur tombe leur désir de liberté", a-t-elle déclaré au micro de RTL.

"La répression est très dure. Chaque soir, la police nous frappe à coups de bâtons. Chaque soir, la police lance du gaz lacrymogène et tire sur les manifestants. C’est devenu une routine alors que nous ne sommes pas armés, nous n’avons vraiment rien", a poursuivi la jeune femme. Selon les ONG locales, en exil, au moins "76 personnes" sont mortes dans les manifestations organisées sans interruption depuis le 16 septembre dernier.

"Chaque jour, j’apprends qu’il y a de nouveaux morts. Je vois les photos de jeunes femmes qui sont mortes et je suis sous le choc. Cela pourrait être moi, car moi aussi je manifeste, moi aussi je suis parmi eux", a-t-elle avoué, émue.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire