1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Irak : comment un jeu de cartes a aidé pour la traque de Saddam Hussein
2 min de lecture

Irak : comment un jeu de cartes a aidé pour la traque de Saddam Hussein

De jeunes officiers américains ont "inventé" une technique pour inciter la population à la délation lors de la chasse à l'homme pour arrêter Saddam Hussein.

Le jeu de cartes donné à la population irakienne pour inciter à la délation
Le jeu de cartes donné à la population irakienne pour inciter à la délation
Crédit : PAUL J. RICHARDS / AFP
Saddam Hussein : le jour où le dictateur a été exécuté
35:48
Capucine Trollion
Capucine Trollion

Le 30 décembre 2006, dans un lieu tenu secret en Irak, escorté par ses bourreaux cagoulés, Saddam Hussein vêtu d’un costume et d’un manteau noir, lève les yeux vers la corde, au bout de laquelle, dans quelques instants, balancera son corps.

Cela fait presque 3 mois que le 5e Président de la République d'Irak sait qu’il est condamné. À l’issue d’un procès d’un an créé de toutes pièces sous le haut patronage des Américains, Saddam Hussein, avait demandé à être fusillé comme un militaire. Mais le nouveau Premier ministre irakien, Nouri Al Maliki, en avait décidé autrement. Saddam Hussein, l’ancien allié de l’Occident et dictateur sanguinaire, allait mourir à la potence.

Il avait été retrouvé 3 ans plus tôt après une chasse à l’homme mondiale. Le dictateur avait perdu de sa superbe, méconnaissable sous sa barbe et ses cheveux hirsutes. Désigné ennemi public numéro 1 par les États-Unis, il avait été retrouvé dans un trou à rat sommairement aménagé à 7 mètres de profondeur dans une ferme près de Tikrit, fief de son clan, le seul endroit où il se croyait en sécurité. 

Un jeu de cartes pour inciter à la délation

Pendant cette chasse à l'homme,  "il y a un truc assez ingénieux qui a été lancé par de jeunes officiers américains : c'était le jeu de cartes. 55 cartes avec un as de pique, etc...", raconte le journaliste et écrivain Olivier Weber au micro de Jour J.  "Le numéro 1, l'as de pique c'était Saddam Hussein, tête mise à prix pour 25 millions de dollars. Le numéro 2, l'as de trèfle c'était son fils Qoussaï Hussein, avec sa tête mise à prix pour 15 millions de dollars, et le numéro 3 c'était l'autre fils Oudaï Hussein, le fils aîné, qui avait sa tête mise à prix à 15 millions de dollars.

À lire aussi

"Les Américains balançaient des airs ces jeux de cartes à la population", ajoute Flavie Flament dans Jour J, "pour inciter la population à la délation", poursuit Olivier Weber. "Pour 60% de la population, les chiites et les kurdes, c'était assez facile, pour les 20% de sunnites, qui ont eu le pouvoir pendant 24 ans, voire plus, c'était plus compliqué", note le journaliste. 

"Ça a marché en partie, parce qu'on a fini par retrouver Saddam Hussein, mais quand même relativement longtemps après [le début de la chasse à l'homme, ndlr]", précise Olivier Webert. Cette chasse à l'homme a duré 9 mois. 

Tous les jours dans Jour J, de 20h à 21h sur RTL, Flavie Flament vous fait découvrir les grands moments d’actualité qui ont marqué la mémoire collective.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/