1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Guerre en Ukraine : faut-il vraiment craindre une escalade nucléaire du Kremlin ?
2 min de lecture

Guerre en Ukraine : faut-il vraiment craindre une escalade nucléaire du Kremlin ?

ÉCLAIRAGE - Les revers militaires en Ukraine pourraient inciter Vladimir Poutine à recourir à une arme nucléaire, selon la CIA.

Vladimir Poutine, à Moscou, le 5 avril 2022.
Vladimir Poutine, à Moscou, le 5 avril 2022.
Crédit : Mikhail KLIMENTYEV / SPUTNIK / AFP
Thomas Pierre

Faut-il vraiment craindre une escalade nucléaire du Kremlin ? C'est du moins l'avis de la CIA. Selon William Burns, qui dirige l'agence de renseignement américaine,les revers militaires en Ukraine pourraient inciter Vladimir Poutine à recourir à une arme nucléaire tactique ou de faible puissance dans ce pays. Même si "nous n'avons pas vraiment constaté de signes concrets comme des déploiements ou des mesures militaires qui pourraient aggraver nos inquiétudes", a-t-il toutefois nuancé.

Fin février, le dirigeant russe déclarait déjà avoir ordonné de "mettre les forces de dissuasion de l'armée russe en régime spécial d'alerte au combat". Certains avaient alors évoqué un coup de bluff du maître du Kremlin, visant à intimider les ukrainiens et ses soutiens. Seule certitude, ses menaces s'inscrivaient dans une logique d'escalade. 

Dans les faits, un article du Bulletin of the Atomic Scientists affirme que, sur un total de 5.977 ogives nucléaires décomptées, près de 1.600 seraient actuellement déployées et prêtes à l'usage. Ce qui en fait la première puissance nucléaire de la planète devant les États-Unis (5.550) ou la Chine (350). "Elles peuvent être déclenchées dans les 10 minutes", expliquait à l'AFP Marc Finaud, expert en prolifération au Centre Politique de Sécurité de Genève (GCSP).

La menace nucléaire en vue d'"impressionner"

Mais Vladimir Poutine compte-t-il vraiment sur son arsenal nucléaire pour vaincre la résistance ukrainienne, après la déroute symbolique du fleuron de sa flotte qui coule en mer noire ? Le ministre de la Défense britannique estimait pour sa part fin février que la menace nucléaire russe avait seulement pour but d'"impressionner". 

À écouter aussi

Une chose est sure, c'est que même en Russie le protocole d'usage à la force nucléaire n'est pas décidé par un seul homme. "Le pouvoir nucléaire ne marche heureusement pas comme ça, même en Russie", expliquait à L'Express Benjamin Hautecouverture, chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique, spécialiste du nucléaire. "Le dispositif de communication crypté destiné à ordonner le lancement d'une frappe nucléaire fonctionne en coordination avec le ministre de la Défense et le chef d'état-major des armées. C'est l'action combinée de ces trois personnes qui peut déclencher le feu nucléaire", détaillait-il.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/