1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Guerre en Ukraine : entre Macron et Zelensky, une relation tumultueuse
3 min de lecture

Guerre en Ukraine : entre Macron et Zelensky, une relation tumultueuse

ÉCLAIRAGE - L'UE doit décider les 23 et 24 juin si elle accorde à l'Ukraine le statut officiel de candidat. En attendant, Volodymyr Zelensky s'impatiente de voir Emmanuel Macron se rendre à nouveau à Kiev.

Le président ukrainien Volodymyr Zelenskiy et le président français Emmanuel Macron souriants, à Paris, le 9 décembre 2019.
Le président ukrainien Volodymyr Zelenskiy et le président français Emmanuel Macron souriants, à Paris, le 9 décembre 2019.
Crédit : CHARLES PLATIAU / POOL / AFP
Thomas Pierre

Emmanuel Macron ira-t-il enfin en Ukraine ? C'est peu dire que cette visite à Kiev est très attendue par Volodymyr Zelensky. Surtout que le président français se rend ce mardi 14 juin en Roumanie pour saluer les 500 soldats français déployés sur une base de l'Otan. Lui qui assume la présidence tournante de l'Union européenne jusqu'au 30 juin doit se rendre ensuite en Moldavie, avant un possible déplacement à Kiev ? 

L'Élysée n'écarte pas l'hypothèse même si les contours d'une telle visite peine encore à se dessiner. "Rien n'est acté" à ce stade, assurait encore mardi la présidence française. Selon la Stampa, et des médias allemands, Emmanuel Macron pourrait pourtant bien se rendre dans la capitale ukrainienne ce jeudi 16 juin, aux côtés du chancelier allemand Olaf Scholz et du Premier ministre italien Mario Draghi, pour rencontrer Volodymyr Zelensky. 
 
Une rencontre que le président ukrainien, devenu chef de guerre incarnant désormais la résistance à Moscou, n'a eu de cesse d'appeler de ses vœux au même titre qu'une adhésion à l'Europe. Elle interviendrait alors que l'UE doit décider lors d'un sommet les 23 et 24 juin si elle accorde à l'Ukraine le statut officiel de candidat à Kiev. La Commission européenne doit elle rendre son avis avant la fin de la semaine.

Zelensky, un Macron Ukrainien ?

Une telle visite viendrait panser la relation tumultueuse qu'entretienne les deux hommes depuis le début de l'invasion. À l'origine, les deux quadragénaires (44 ans chacun) s'apprécient et se tutoient. Et quand Zelensky le comédien se lance à la conquête de la présidence en 2019, il a en tête de reproduire le même coup de théâtre qu'Emmanuel Macron deux ans plus tôt. 

Cependant, même si leur conversation téléphonique avant et depuis la guerre n'a jamais été interrompue (une trentaine d'appels depuis décembre), l'invasion russe du 24 février vient perturber cette complicité entre les deux dirigeants. La diplomatie timorée de Paris, sa volonté de maintenir le dialogue avec Moscou agace du côté de Kiev, alors qu'Emmanuel Macron continue à croire dans une résolution diplomatique du conflit.

"Une table où (...) on ne t'a pas mis de chaise"

À lire aussi

À la mi-mai, Volodymyr Zelensky reproche ainsi à Emmanuel Macron de vouloir ménager une "porte de sortie" à Vladimir Poutine. "Je sais qu'il voulait obtenir des résultats dans la médiation entre la Russie et l'Ukraine", mais il n'en a pas eus", assène-t-il, en référence aux multiples échanges du président français avec son homologue russe et lui-même juste avant le début de l'invasion russe en Ukraine mais aussi depuis

La proposition française de créer une "communauté politique européenne" aussi passe mal. Macron entend permettre à l'Ukraine de rejoindre le projet européen sans attendre l'adhésion pleine et entière à l'UE qui prendra des "décennies". Sauf que Zelensky lui préférerait une adhésion directe. "C'est comme une table où toute la famille est réunie, et on t'a invité, mais on ne t'a pas mis de chaise. Je pense que c'est injuste", estime-t-il. 

Ne pas 'humilier la Russie'

Le ton monte encore d'un cran le 4 juin dernier quand Emmanuel Macron appelle "à ne pas humilier la Russie pour que le jour où les combat cesseront, nous puissions bâtir un chemin de sortie par les voies diplomatiques". La réponse de Volodymyr Zelensky fuse, aussi froide que tranchante : "Je ne comprends pas vraiment ce que c'est 'humilier la Russie'. De quoi parle-t-on là ? Du fait que depuis huit ans ils tuent des Ukrainiens ? Nous, personne ne nous humilie, mais on nous tue", réagit-il.

Des frictions régulières et une visite qui se fait désirer Le président français qui s'était pourtant rendu à Kiev les 7 et 8 février tarde à y retourner, répète régulièrement qu'il irait à Kiev "en temps utile". D'autres s'y sont pourtant rendus : les Européens Charles Michel et Ursula von der Leyen, le Britannique Boris Johnson, le Canadien Justin Trudeau... La nouvelle ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna a beau avoir fait le voyage fin mai, Emmanuel Macron, lui, s'y fait toujours attendre. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/