1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Guerre en Ukraine : en quoi consiste la "doctrine Guérassimov", appliquée par Poutine ?
1 min de lecture

Guerre en Ukraine : en quoi consiste la "doctrine Guérassimov", appliquée par Poutine ?

ÉCLAIRAGE - Théorisée par le général Guérassimov, la "guerre hybride" est mise en œuvre par Vladimir Poutine depuis 2014 en Ukraine.

Vladimir Poutine et l'ancien président Dmitry Medvedev lors d'une cérémonie à Moscou, le 23 février 2018.
Vladimir Poutine et l'ancien président Dmitry Medvedev lors d'une cérémonie à Moscou, le 23 février 2018.
Crédit : Yuri KADOBNOV / AFP
Thomas Pierre

Vladimir Poutine dit ce qu'il fait, pour la majorité des observateurs. Via ce conflit en Ukraine, le président russe serait cohérent avec son objectif : "démilitariser" et neutraliser coûte que coûte son voisin pro-occidental. Pour comprendre la stratégie militaire russe adoptée par le Kremlin, il faut se référer à la "doctrine Guerassimov", explique le criminologue Alain Bauer : "elle est claire, elle est précise. Elle existe depuis 2014", date de l'annexion de la Crimée par Moscou.

Du nom du général Valéri Guérassimov, chef de l'État-Major russe, "elle a été opérationnalisée depuis cette époque par les situations en Géorgie d'abord, puis par la pseudo-indépendance des enclaves des Républiques populaires de Louhansk et Donetsk, au Donbass". 

En 2013, cet haut-gradé écrit : "un État prospère peut se transformer en un théâtre d'affrontements en quelques jours". "Les règles de la guerre ont changé. (…) Des moyens non militaires peuvent se révéler plus efficaces que le recours à la force et servir des objectifs stratégiques", rappelait Le Point en 2017. 

La "guerre hybride" russe

En clair, cette théorisation militaire plus connue sous le nom de "guerre hybride", à la fois invisible, informatique, psychologique et militaire, vise notamment à préparer l'opinion publique, à l'intérieur comme à l'extérieur, à un conflit de très grande ampleur. 

À écouter aussi

Cette doctrine sert une idéologie précise née du ressentiment vis-à-vis de la fin de la Guerre froide : "c'est un processus qui vise à répondre à une promesse non-tenue des Occidentaux après la chute du mur de Berlin, qui était que l'Alliance atlantique ne bougera pas d'un centimètre ou d'un millimètre à l'ouest", estime Alain Bauer. 

"Or, depuis cette période, il y a eu une quinzaine de pays qui ont rejoint l'Alliance atlantique. Et le fait que l'Ukraine, du point de vue de Vladimir Poutine, soit en train de basculer définitivement vers l'Ouest, lui posait un problème insurmontable, car elle considère que c'était une agression".

La rédaction vous recommande

 

À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.