1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Guerre en Ukraine : à la frontière polonaise, les réfugiés arrivent après avoir tout laissé derrière eux
1 min de lecture

Guerre en Ukraine : à la frontière polonaise, les réfugiés arrivent après avoir tout laissé derrière eux

REPORTAGE - Au poste-frontière de Krościenko en Pologne, à la frontière ukrainienne, les réfugiés oscillent entre soulagement et abattement face à l'invasion de leur pays par la Russie. En fuyant l'avancée russe, ils ont tout laissé derrière eux.

Au poste-frontière de Krościenko en Pologne, à la frontière ukrainienne
Au poste-frontière de Krościenko en Pologne, à la frontière ukrainienne
Crédit : Cindy Hubert / RTL
Guerre en Ukraine - Les réfugiés affluent à Krościenko
00:02:49
Cindy Hubert

Plus d'un demi-million de réfugiés ukrainiens fuyant l'invasion de leur pays par la Russie de Vladimir Poutine ont afflué depuis jeudi dernier dans des pays frontaliers, selon le dernier recensement du Haut-Commissariat aux Réfugiés le 28 février dernier. 

Auparavant, ses services avaient publié un décompte de 499.412 personnes ayant fui depuis jeudi les violents combats qui opposent les troupes russes à l'armée ukrainienne, dans ce pays peuplé de plus de 37 millions de personnes dans les territoires contrôlés par Kiev - qui n'incluent donc pas la Crimée annexée par la Russie ni les zones sous contrôle séparatiste. 

La Pologne qui a déclaré son soutien indéfectible à l'Ukraine, accueille de très loin le plus grand nombre de réfugiés qui arrivent en flot continu depuis le début de l'invasion russe. Au total, ils étaient 281.000, selon le décompte du HCR lundi dernier. 

Anna a réussi à passer la frontière, soulagée. Il y a une semaine, elle était coiffeuse à Mykolaïv, tout au sud de l'Ukraine. "Il y a eu des bombardements juste à côté de moi (...) il fallait que je parte à tout prix mais je laisse derrière moi mes parents, ma famille, tous mes amis. J'ai tellement pleuré, mais maintenant je suis à l'abri et l'Ukraine va gagner", confie Anna au micro de RTL.

À écouter aussi

Victoria regarde sa fille jouée avec la neige. Elles ont quitté la ville de Lviv dans la précipitation. "C'est un déchirement, je pense à mon jardin, aux fleurs que j'ai semées et que je ne verrai pas pousser, à mon père, à ma mère, qui sont restés dans leur village. Ça fait 40 ans que je vis à Lviv, je pensais naïvement que j'y vivrais pour toujours", explique-t-elle. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/