1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Général iranien tué : Téhéran prépare sa riposte, malgré les menaces américaines
1 min de lecture

Général iranien tué : Téhéran prépare sa riposte, malgré les menaces américaines

Une marée humaine a accompagné lundi 6 janvier à Téhéran les cercueils du général Soleimani et de ses compagnons d'armes tués par une frappe américaine en Irak. Une attaque que l'Iran ne compte pas laisser impunie.

Le cortège funèbre accompagnant le cercueil du général Soleimani à Téhéran (Iran), le 6 janvier 2020
Le cortège funèbre accompagnant le cercueil du général Soleimani à Téhéran (Iran), le 6 janvier 2020
Crédit : Atta KENARE / AFP
Général iranien tué : Téhéran prépare sa riposte, malgré les menaces américaines
00:50
Brice Dugénie - édité par Thomas Pierre

Le centre de Téhéran est noir de monde en ce lundi 6 janvier. Des milliers d'Iraniens rendent hommage au général Soleimani tué vendredi par une frappe américaine. De leur côté, les députés irakiens scandent : "Mort à l'Amérique", en pleine séance. "Si nous devons partir, a déclaré Donald Trump, nous leur imposerons des sanctions comme ils n'en ont jamais vu auparavant".

Peu importe les menaces, la riposte iranienne se prépare. Politiquement d'abord, le parlement irakien a voté dimanche le départ des plus de 5.000 soldats américains du territoire. Ce n'est évidemment pas cette réponse qu'attend Washington, mais bien celle de Téhéran. 

Selon le conseiller militaire de l'ayatollah Ali Kamenei, cette réponse sera militaire et visera les soldats, les bases et les navires américains. Les milices pro-iraniennes demandent d'ailleurs aux soldats irakiens de se tenir à plus d'un kilomètre des positions américaines. 

"Un coup égal à celui qu'ils ont porté"

Un ancien ministre iranien de la défense précise que "la chose qui puisse mettre fin à cette épisode guerrier est que les États-Unis reçoivent un coup égal à celui qu'ils ont porté"

À lire aussi

Dans cette surenchère de menaces que Washington ne prend pas à la légère, le secrétaire d'État Mike Pompeo reconnaît que les soldats américains sont des cibles potentielles. Mais en cas de représailles, Donald Trump a prévenu que les services américains ont déjà identifié 52 sites iraniens sensibles qu'ils n'hésiteront pas à détruire. 

nvier

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/