2 min de lecture Facebook

Facebook : Mark Zuckerberg nouveau défenseur de la démocratie, vraiment ?

ÉDITO - Donald Trump ne pourra plus utiliser son compte Facebook pendant au moins deux semaines. La décision vaut également pour Instagram, filiale du groupe.

OlivierBost_245x300 L'Edito Politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Facebook : Mark Zuckerberg nouveau défenseur de la démocratie, vraiment ? Crédit Image : VIVA TECH-JOLY/VIVA TECHNOLOGY/SIPA | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Edito Politique - Olivier Bost
Olivier Bost
édité par Venantia Petillault

Facebook a bloqué le compte de Donald Trump. Le premier réflexe est de se dire que c’est une bonne chose, car Donald Trump, le président des États-Unis sortant et battu est complètement timbré, ses appels à la violence sont dangereux et intolérables. Et il a violé les conditions d’utilisation de réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter. Mais se dire que Mark Zuckerberg, le patron de Facebook est ce matin le sauveur de la démocratie, c’est un peu difficile à digérer.
 
Mark Zuckerberg n’a été élu par personne. Vous me direz qu’il y a des milliards d’utilisateurs qui ont choisi d’être sur ces plateformes mais personne n’a voté pour établir les fameuses conditions d’utilisation de son réseau. C’est le nouveau censeur sans contre-pouvoir, qu’importe que son réseau soit infesté de fake news. C’est lui qui décide qui a le droit d’y être sans autre forme de procès. C’est assez gênant et c’est même assez malaisant quand ça vient de Mark Zuckerberg.

Mark Zuckerberg est en train de redorer son image à pas cher. Il fait de la politique d’abord pour son business. Il veut probablement essayer de faire oublier le rôle de FaceBook dans l’élection de Donald Trump. Les équipes de campagne avaient utilisé en 2016 des outils qui relèvent presque de l’espionnage pour viser ses électeurs. Une fois pris au piège, les algorithmes de FaceBook vous enferment dans vos convictions. Un algorithme c’est ce qui détermine ce que vous allez voir parmi les publications de vos amis ou selon vos affinités. C’est une boîte noire que seul FaceBook contrôle. Vous voyez l'étendue de leur pouvoir, un pouvoir totalement exorbitant et sans aucun garde-fou.

Facebook, un danger pour la démocratie ?

D’autres réseaux ont pris le relais de Facebook. Ce que l’on appelle la fachosphère, le monde des complotistes s’est réfugié sur d’autres plateformes encore moins regardantes. Un autre outil est aussi très utilisé, les boucles sur messagerie comme WhatsApp autre propriété de Facebook. Ces boucles sont redoutables pour propager des fake news auprès de ses proches et pour faire campagne.

C’est ce qu’ont constaté des équipes d’En Marche qui ont observé la campagne américaine pour préparer la campagne française de 2022. Au parti présidentiel, ils sont déjà persuadés que ce qui s’est produit aux États-Unis, une avalanche de fake news, se produira aussi en France l’année prochaine.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Facebook Réseaux sociaux États-Unis
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants