2 min de lecture Liban

Explosions à Beyrouth : les autorités libanaises étaient au courant du danger

ÉCLAIRAGE - À Beyrouth, au lendemain de la double explosion qui a fait au moins 113 morts et des milliers de blessés. La population est sous le choc et surtout très en colère car la classe politique savait qu'il y avait danger.

Michel Aoun, le président libanais, sur le site de la double explosion à Beyrouth, le mercredi 5 août 2020.
Michel Aoun, le président libanais, sur le site de la double explosion à Beyrouth, le mercredi 5 août 2020. Crédit : AFP PHOTO / HO / DALATI AND NOHRA
Monique Younès
Monique Younès édité par Maeliss Innocenti

Selon un bilan encore provisoire, la catastrophe au Liban a fait au moins 113 morts et 4.000 blessés, dont au moins 21 Français. À Beyrouth, 24 heures après la double explosion, c'est le chaos qui règne. Des centaines et des centaines de personnes cherchent toujours leurs proches.

L'heure est venue aux parents et amis de compter leurs morts et leurs blessés, et de garder espoir pour les disparus. Les recherches de la Croix-Rouge et des autorités libanaises avancent lentement à cause du manque de moyens. On voit dans la zone bouclée autour de Beyrouth des quantités de personnes qui abandonnent leurs voitures et essaient d'avancer à pieds pour récupérer des effets personnels de leurs maisons dévastées.

Les commerçants de cette zone sont les plus touchés de tout Beyrouth. Aucun d'entre eux ne peut pénétrer dans sa librairie, sa boutique, sa galerie, son épicerie, tellement les boutiques sont soufflées et bloquées. La poussière et les gravats couvrent tout. Certains d'entre eux tentent de passer par des fenêtres pour sauver des affaires. Tous craignent des pillages.

La population exige des noms et des réponses

La population est sous le choc, en plein désarroi, et surtout très en colère car la classe politique savait qu'il y avait danger. Depuis 2014, plusieurs ministres, magistrats, hauts fonctionnaires, directeurs de douanes, ont été alertés par différents rapports sur la dangerosité de ces 2.750 tonnes de nitrate d'ammonium stockées dans un entrepôt lézardé du port de Beyrouth.

À lire aussi
Un important incendie a eu lieu au port de Beyrouth, jeudi 10 septembre incendie
Liban : l'incendie de Beyrouth pourrait être dû à un "sabotage" ou un accident

Rien n'a été fait. Aucune mesure n'a été prise, malgré les plaintes répétées sur les odeurs nauséabondes qui émanaient de là. Les noms de ces personnalités circulent sur les réseaux sociaux et sont désignés comme les responsables successifs du désastre actuel.

Le gouvernement actuel réclame l'assignation à résidence de "toute personne impliquée dans le stockage de ces tonnes de nitrate d'ammonium" sans citer de noms. Mais la population revendique une enquête et un jugement international. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Liban Politique Drame
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants