2 min de lecture Ethiopie

Éthiopie : que se passe-t-il au Tigré, en proie à de violents combats ?

ÉCLAIRAGE - Le directeur de l'OMS a été directement visé par le chef de l'armée éthiopienne. Il se retrouve ainsi mêlé à un conflit qui dure depuis bientôt 3 semaines dans le pays.

Des hommes portent un drapeau éthiopien à Addis Abeba, le 17 novembre 2020.
Des hommes portent un drapeau éthiopien à Addis Abeba, le 17 novembre 2020. Crédit : EDUARDO SOTERAS / AFP
Coline Daclin et AFP

"Que peut-on attendre de lui ?". Le chef d'état-major de l'armée éthiopienne, le général Berhanu Jula, n'a pas mâché ses mots jeudi 19 novembre contre le directeur de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), l'Ethiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus. Le militaire l'a accusé de militer en faveur de la région du Tigré, dont il est originaire. "Il a œuvré pour leur obtenir des armes", a affirmé Berhanu Jula dans une conférence de presse. 

Le directeur de l'OMS se retrouve ainsi mêlé à un conflit complexe qui dure depuis bientôt trois semaines en Éthiopie. Il pourrait même mener à une crise humanitaire "à grande échelle", selon l'ONU. En cause, un conflit entre le gouvernement éthiopien et les forces du Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF), parti qui dirige la région du Tigré, au nord du pays. Le TPLF a aussi dirigé le pays pendant presque 30 ans, avant l'arrivée au pouvoir de l'actuel Premier ministre, Abiy Ahmed.

Des tensions existent dans la région depuis plusieurs mois, mais elles ont culminé le 9 septembre lorsque les autorités du Tigré ont organisé une élection législative, alors que celle-ci a été reportée au niveau national à cause de l'épidémie de Covid-19. Une manière pour la région d'affirmer son indépendance qui ne passe pas au niveau fédéral. Pour le gouvernement, le TPLF a violé la Constitution.

36 000 réfugiés au Soudan voisin

Mercredi 4 novembre, le Premier ministre, également prix Nobel de la paix 2019, envoie l'armée fédérale à l'assaut du Tigré. Il affirme ainsi répondre aux attaques de deux bases militaires de la région par les forces du TPLF.

À lire aussi
Abiy Ahmed le 28 mars 2018 Ethiopie
Éthiopie : Abiy Ahmed, de Prix Nobel de la paix à chef de guerre

Le problème, c'est qu'il est difficile d'établir la réalité de la situation, car les discours du TPLF et du gouvernement éthiopien se contredisent, et un blackout sur les communications dans la région et des restrictions imposées aux déplacements des journalistes empêchent de vérifier leurs affirmations. 

Après l'envoi de l'armée au Tigré, les affrontements se succèdent avec des tirs de roquettes, des frappes aériennes et des centaines de morts. De nombreux civils s'enfuient : ils sont au moins 36 000 Ethiopiens à s'être réfugié au Soudan voisin, selon le chef de la Commission soudanaise des réfugiés. 

Inquiète pour la situation humanitaire et les risques de déstabilisation de Corne de l'Afrique, l'ONU tente de mettre fin aux opérations militaires. Le gouvernement éthiopien a assuré mardi 17 novembre qu'elles entraient dans leur phase "finale". En attendant, chaque camp revendique d'importantes victoires militaires.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Ethiopie Afrique Zone Afrique
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants