1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. États-Unis : une prof accusée d’avoir truqué l'élection de la reine du lycée en faveur de sa fille
1 min de lecture

États-Unis : une prof accusée d’avoir truqué l'élection de la reine du lycée en faveur de sa fille

L'enseignante de 50 ans a été licenciée et placée en détention, avant d’être libérée sous caution. Elle est accusée d’avoir trafiqué les votes électroniques pour faire élire sa fille.

Une voiture de police à Tampa aux États-Unis (illustration)
Une voiture de police à Tampa aux États-Unis (illustration)
Crédit : Douglas P. DeFelice / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
États-Unis : une prof accusée d'avoir truqué l'élection de la reine du lycée en faveur de sa fille
01:16
Lionel Gendron - édité par Maxime Magnier

Aux États-Unis, on ne rigole pas avec l’élection de la reine de promo. En Floride, la mère d’une adolescente de 17 ans est accusée d’avoir trafiqué les votes électroniques pour faire élire sa fille. Le problème, c’est qu’elle a eu accès à des données personnelles sur les élèves. La maman est donc passée par la case prison.

Il faut dire que la reine du lycée n’était pas la reine de la discrétion. Depuis longtemps, elle se vantait d’utiliser les codes de sa mère, enseignante dans un autre établissement, pour épier ses camarades. Pour l’élection de reine du lycée, 117 votes provenaient du même ordinateur, celui de sa mère.

On pourrait donc s’arrêter à une histoire de tricherie sans grande importance si l’intrusion dans le système ne permettait d’accéder aux antécédents médicaux ou aux résultats scolaires des élèves. C’est pour cela que l’enseignante de 50 ans a été rayée de l’éducation nationale américaine, placée en détention, puis libérée après le paiement d’une caution de 6.000 dollars.

L’adolescente a-t-elle agi sans que sa mère ne le sache ? Peu probable : cette dernière reçoit forcément une notification si on se connecte à son compte. 

À lire aussi

La vanité maternelle a également été épinglée en Pennsylvanie : la mère d’une pom-pom girl, cette fois, a trafiqué sur internet des vidéos des concurrentes de sa fille pour casser leur popularité. On les voyait en train de boire, fumer, et même nues. La mère de famille a été inculpée pour cyberharcèlement.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/