1 min de lecture Polémique

États-Unis : un lycéen noir menacé d'exclusion à cause de ses dreadlocks

DeAndre Arnold, 18 ans, un lycéen noir scolarisé au Texas, a été suspendu et risque d'être exclu s'il ne coupe pas ses dreadlocks jugées trop longues.

DeAndre Arnold, 18 ans, fait pousser ses dreadlocks depuis qu'il a 10 ans.
DeAndre Arnold, 18 ans, fait pousser ses dreadlocks depuis qu'il a 10 ans. Crédit : Capture d'écran Fox26 Houston
Maeliss
Maeliss Innocenti et AFP

DeAndre Arnold a 18 ans. Cet adolescent noir, scolarisé dans un lycée du Texas, a récemment été suspendu et menacé d'exclusion s'il ne coupait pas ses dreadlocks jugées trop longues. Cette décision des responsables de son établissement a suscité de vifs débats et des accusations de préjugés racistes.

DeAndre arbore depuis des années la coiffure traditionnelle des rastas mais la direction de son lycée Barbers Hill ISD a estimé pendant les vacances de Noël que la longueur de ses tresses ne respectait plus le code vestimentaire en vigueur.

L'adolescent sera renvoyé de l'école et ne pourra pas assister à la cérémonie de remise des diplômes de fin d'année s'il ne se conforme pas au règlement, ont prévenu les responsables de l'établissement, fréquenté par plus de 5.300 élèves, dont 70,6% de blancs et seulement 3,1% noirs.

Ses cheveux "c'est une partie de son identité"

Accompagnée de militants antiracistes, la famille Arnold s'est rendue lundi devant le conseil d'administration du lycée pour protester contre cette mesure qu'elle considère injuste. Ses cheveux "font partie intégrante de sa culture", "c'est une partie de son identité", a déclaré la mère de DeAndre, Sandy Arnold, sur le plateau d'une télévision locale.

À lire aussi
Un Géant Casino (image d'illustration) polémique
Les infos de 18h - Var : une femme refusée dans une supérette à cause de son décolleté

Accusé de racisme, le lycée s'est défendu de toute pratique discriminatoire : "Aucun point du code vestimentaire n'interdit les tresses africaines ou une autre coiffure permettant de s'attacher les cheveux. Notre politique limite la longueur, c'est comme cela depuis 30 ans", a expliqué Greg Poole, le directeur de l'établissement, pendant la réunion publique.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Polémique Discriminations États-Unis
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants