1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. États-Unis : un pharmacien conspirationniste détruit des centaines de doses de vaccin
1 min de lecture

États-Unis : un pharmacien conspirationniste détruit des centaines de doses de vaccin

Un pharmacien américain "conspirationniste" qui a détruit des centaines de doses de vaccins, a été arrêté jeudi 31 décembre par les autorités américaines.

Etats-Unis : un pharmacien conspirationniste détruit des centaines de doses de vaccin
Etats-Unis : un pharmacien conspirationniste détruit des centaines de doses de vaccin
Crédit : JOSEPH PREZIOSO / AFP
Camille Guesdon & AFP

Un pharmacien américain "conspirationniste" a détruit des centaines de doses de vaccin contre le coronavirus le mois dernier. Selon les autorités américaines, il était convaincu que ces vaccins étaient dangereux.

Steven Brandenburg, qui travaillait de nuit au centre médical Aurora à Grafton, dans le Wisconsin (Nord), avait retiré 57 fioles du vaccin Moderna, contenant chacune une dizaine de doses, des réfrigérateurs de ce centre. Il pensait que le vaccin pourrait modifier l'ADN humain. Selon l'hôpital, certains de ces vaccins inertes ont été administrés ensuite à des personnes qui n'ont subi aucun effet secondaire.

Il a été licencié et l'hôpital a averti les autorités, qui l'ont arrêté jeudi dernier. "Son intention (...) était de les rendre inefficaces parce qu'il était parvenu à la conviction qu'ils n'étaient pas sûrs, que la méthode ARN utilisée pour la fabrication de ces médicaments les rendaient dangereux", a déclaré  Adam Gerol le procureur du comté d'Ozaukee, durant la première audience lundi 4 janvier.

"Il pensait que le vaccin contre la Covid-19 était dangereux"

L'homme, âgé de 46 ans, avait d'abord affirmé aux autorités de l'hôpital que les doses étaient restées sans réfrigération par accident, mais il a avoué par la suite les avoir retirées volontairement. "Brandenburg, qui a reconnu être un conspirationniste, a affirmé aux enquêteurs qu'il pensait que le vaccin contre la Covid-19 était dangereux pour les gens et pourrait leur faire du mal et modifier leur ADN", selon un communiqué de la police repris par les médias.

À lire aussi

Des théories du complot sans aucun fondement sur la pandémie, en particulier sur les vaccins, se sont répandues sur les réseaux sociaux malgré les efforts des géants de la technologie pour les contrer. Les autorités et les experts estiment qu'une telle campagne de désinformation constitue une menace sérieuse pour la lutte contre le coronavirus.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/