2 min de lecture États-Unis

États-Unis : l’audition d'Amy Coney Barrett, un point fort de la campagne présidentielle

La juge Amy Coney Barrett est auditionnée depuis lundi, avec notamment dans les débats, la loi sur l'assurance santé.

Une lettre d'Amérique Un Air d'Amérique Philippe Corbé iTunes RSS
>
États-Unis : l'audition d'Amy Coney Barrett, un point fort de la campagne présidentielle Crédit Image : Olivier DOULIERY / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Philippe Corbé
Philippe Corbé
édité par William Vuillez

À moins de trois semaines de la présidentielle, des auditions très importantes ont lieu au Sénat, celles de la juge nommée à la Cour suprême par Donald Trump. Amy Coney Barrett, 48 ans, va être pendant les 30 ou 40 prochaines années, une des personnalités les plus puissantes des États-Unis car elle va siéger à vie dans cette cour si importante. Mais avant ça, elle doit être confirmée par le Sénat et donc elle est interrogée depuis lundi par la commission des Lois. 

C'est toujours un moment très fort, avec les grandes chaînes généralistes qui basculent en édition spéciale pendant des heures et c'est particulièrement intense cette année en raison de l'élection. Les Républicains veulent aller au plus vite pour la faire confirmer car ils craignent de perdre la majorité le 3 novembre. Les moments les plus forts sont largement diffusés et commentés sur les réseaux sociaux. 

Les Républicains aménagent et se servent de cette audience comme tribune contre les Démocrates, en les accusant de mettre en cause la foi catholique d'Amy Coney Barrett. Ils font souvent référence à ses 7 enfants assis derrière elles. Les Démocrates eux, l’interrogent sur ses écrits, ses jugements et donc LE moment important, c'est quand elle a été interrogée par la sénatrice Kamala Harris, la colistière de Joe Biden, qui pourrait donc bientôt devenir vice-présidente. 

La loi sur l'assurance santé au centre des débats

Kamala Harris a d'abord pointé l'hypocrisie de la juge sur le droit à l'IVG. Barrett ne veut pas prendre position alors qu'on sait très bien qu'elle s'est engagée publiquement depuis longtemps, contre ce droit accordé par la Cour suprême, qu'elle est accusée de vouloir remettre en cause. La sénatrice Harris a insisté comme les autres Démocrates, sur la loi sur l'assurance santé, qui pourrait être menacée dès le mois de novembre, mais la sénatrice a été plus habile que ses collègues et a réussi à mettre la juge en difficulté. 

À lire aussi
Donald Trump et John Bolton, alors conseiller à la Sécurité nationale, le 9 avril 2018 Maison blanche
Présidentielle USA : Donald Trump "est un looser" pour son ex-conseiller John Bolton

Ancienne procureure, Harris a demandé à la juge Barrett si elle se souvenait qu'avant d'être nommée juge fédérale par le président, Donald Trump avait promis de choisir des juges seulement s'ils sont prêts à abolir la loi sur l'assurance santé votée sous Obama. Embarrassée, la juge à répondu : "Je ne m'en souviens pas". 

Ce moment est important car cela met à la une le sujet sur l'assurance santé. Le camp Biden pense que c'est un thème porteur pour l'élection, particulièrement en temps de pandémie. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Santé Donald Trump
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants