1 min de lecture États-Unis

États-Unis : Amy Coney Barrett reste ambigüe sur le droit à l'avortement

Amy Coney Barrett, la candidate de Donald Trump à la Cour suprême, a assuré mardi tenir sa foi à l'écart de son travail de juge. Elle a toutefois refusé de livrer son opinion sur un série de sujets brûlants, dont le droit à l'avortement.

Amy Coney Barrett lors de son grand oral devant le Sénat, le 13 octobre 2020
Amy Coney Barrett lors de son grand oral devant le Sénat, le 13 octobre 2020 Crédit : POOL / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
valentin
Valentin Deleforterie et AFP

Tandis qu'Amy Coney Barrett a affirmé mardi que sa foi n'avait pas d'influence sur son travail de juge, elle a tout de même laissé entendre, devant les sénateurs chargés de confirmer sa nomination, que l'arrêt de la haute Cour ayant reconnu le droit à l'avortement en 1973 n'était pas gravé dans le marbre.

Ce "n'est pas un 'superprécédent'", a-t-elle déclaré, en le distinguant d'autres décisions qui ne font plus l'objet de contestation. "Ça ne veut pas dire qu'il doive être annulé", a toutefois pris soin de préciser la magistrate, opposée à titre personnel à l'avortement.

La juge a martelé son indépendance, répétant à plusieurs reprises "ne pas avoir d'objectifs" politiques. "Je n'ai fait de promesses à personne", "mon chef c'est l'Etat de droit", a-t-elle encore juré.

Pressée par plusieurs élus démocrates de donner son opinion sur l'arrêt Roe v. Wade (qui a officialisé le droit à l'avortement, ndlr), Amy Coney Barrett a botté en touche. "Que je dise que je l'aime ou le déteste, cela va envoyer un signal", a-t-elle argué, avant de se dérober de la même manière sur le sujet des armes à feu, ou la légalisation du mariage homosexuel.

À lire aussi
Donald Trump a voté de manière anticipée à l'élection présidentielle Donald Trump
VIDÉO - Présidentielle américaine (J-10) : Trump a voté par anticipation en Floride

Le président américain Donald Trump a désigné Amy Coney Barrett le 26 septembre dernier pour remplacer l'icône progressiste Ruth Bader Ginsburg, décédée huit jours plus tôt. Il mise sur la majorité républicaine au Sénat pour valider son choix avant l'élection du 3 novembre.

Elle s'en tire "incroyablement bien", a-t-il jugé mardi au soir d'une séance marathon de questions-réponses qui, tout en restant courtoise, a illustré les profondes divisions suscitées par cette candidature.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Donald Trump Justice
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants