9 min de lecture Donald Trump

Émeutes au Capitole : après les violences, le Congrès reprend sa séance

Des policiers ont dégainé leurs armes mercredi dans la Chambre des représentants du Congrès des Etats-Unis, face à des manifestants pro-Trump qui tentaient d'entrer dans l'hémicycle. Le Capitole était à nouveau sécurisé en soirée et la séance de certification de la victoire de Joe Biden à la présidentielle a pu reprendr

Après l'intrusion de manifestants dans la journée, le calme est revenu au Capitole dans la soirée du 6 janvier 2021
Après l'intrusion de manifestants dans la journée, le calme est revenu au Capitole dans la soirée du 6 janvier 2021 Crédit : Samuel Corum / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Photo-Thomas-Pierre
Thomas Pierre Journaliste

Des scènes hallucinantes dans la capitale américaine. Le Congrès des Etats-Unis a suspendu en urgence mercredi une session destinée à certifier la victoire de Joe Biden à la présidentielle après l'irruption de manifestants pro-Trump dans le Capitole. 

Le président sortant, qui refuse de concéder sa défaite, avait peu avant appelé ses partisans à défiler à Washington en marge de cette séance protocolaire. Après l'avoir écouté, certains manifestants se sont mis en marche vers le Congrès et la police a ordonné l'évacuation de plusieurs bâtiments. "Nous reprenons la Chambre", "c'est notre parlement", a déclaré à l'AFP un manifestant anonyme.

"Je viens juste d'évacuer mon bureau à Cannon à cause d'une menace proche. Maintenant, nous voyons des manifestants attaquer la police du Capitole", a tweeté l'élue républicaine à la Chambre des représentants Nancy Mace.

Revivez le fil des événéments

06h49 - C'est une journée historique qui se termine outre-Atlantique. Pour la société américaine, le symbole est terrible, et cet épisode va laisser des traces. Il est trop tôt pour déterminer lesquelles, explique notre correspondant sur place Lionel Gendron.

06h17 - On en sait un peu plus sur la femme tuée par la police après avoir participé au coup de force dans l'enceinte du Congrès. Ardente partisane du président Donald Trump, elle s'appelait Ashli Babbitt et vivait dans la région de San Diego, dans le sud de la Californie, ont rapporté des médias américains. "Des agents en uniforme de la police du Capitole les ont affrontés et, à un moment, l'un d'eux a fait usage de son arme de service" et l'a touchée, a déclaré lors d'une conférence de presse le chef Robert Contee. Elle a été déclarée morte après son transfert à l'hôpital. 

À lire aussi
États-Unis
Melania Trump : quelle vie pour l'ex-First Lady après la Maison Blanche ?

05h54 - Plusieurs médias ultra-conservateurs américains ont relativisé, mercredi, la gravité de l'intrusion de partisans de Donald Trump au Capitole, évoquant une colère légitime et accusant, sans preuve, l'ultragauche d'avoir infiltré le mouvement. De Newsmax à Real America's Voice, en passant par One America News Network (OAN), ils ont été plusieurs à dénoncer, sans aucun élément à l'appui, l'infiltration supposée de groupuscules d'ultragauche.

05h26 - Des membres du gouvernement américain ont discuté de la possibilité d'écarter Donald Trump du pouvoir après le coup de force de ses partisans au Congrès, ont rapporté plusieurs médias. Leurs échanges ont porté sur le 25ème amendement de la Constitution américaine, qui autorise le vice-président et une majorité du cabinet à déclarer le président "inapte" à exercer ses fonctions, selon les chaînes CNN, CBS et ABC, qui s'appuient sur des sources anonymes.

04h59 - Le Sénat américain a rejeté à une écrasante majorité une première objection à la certification de la victoire de Joe Biden, quelques heures après l'intrusion violente de partisans pro-Trump au Capitole. Les parlementaires ont décidé, à 93 voix contre 6, de ne pas donner suite aux objections d'élus républicains visant les résultats de l'élection présidentielle dans l'État de l'Arizona. 

04h41 - En NBA, les joueurs de Boston, Miami, Golden State et Clippers se sont agenouillés pendant l'hymne national, avant leurs matches mercredi, en réaction à la manifestation violente des partisans de Donald Trump à Washington, qui ont interrompu la certification des résultats de la présidentielle.

04h05 - La femme décédée ce mercredi 6 janvier après avoir été blessée par balle dans le Capitole à Washington s'appelait Ashli Babbitt et était une ardente partisane du président Donald Trump. Elle vivait dans le sud de la Californie, ont rapporté des médias américains citant sa famille. "La femme est Ashli Babbitt, qui fut militaire pendant 14 ans et a effectué quatre déploiements avec l'armée de l'air américaine", a révélé la chaîne de télévision KUSI, qui dit s'être entretenu avec son époux. 

03h27 - Dans une vidéo, Emmanuel Macron a appelé à "ne rien céder" face à "la violence de quelques-uns" contre les démocraties. Le président de la République a également estimé que "ce qui est arrivé aujourd'hui à Washington n'est pas américain".

03h01 - Après Twitter, Facebook a également suspendu le compte de Donald Trump. "Nous avons déterminé deux infractions à nos règles sur la page du président Donald Trump qui débouchent sur une suspension de 24 heures, ce qui signifie qu'il perd la capacité de poster sur la plateforme pendant cette période", a expliqué la communication du groupe californien.

02h32 - Le Sénat américain a repris sa séance de certification de la victoire du démocrate Joe Biden à la présidentielle, après une interruption de plusieurs heures due à l'intrusion violente de partisans de Trump au Capitole. Le vice-président Mike Pence, qui s'est exprimé à l'ouverture de la séance, a regretté un "jour sombre" et condamné les "violences".

02h17 - Les violences du Capitole sont une "honte" mais pas une "surprise", a estimé l'ancien président Barack Obama. "L'histoire se souviendra à juste titre de la violence d'aujourd'hui au Capitole, incitée par un président en exercice qui a continué à mentir sans fondement sur le résultat d'une élection légale, comme un moment de grand déshonneur et de honte pour notre nation. Mais nous nous leurrerions si nous l'avons traité comme une surprise totale", a-t-il écrit dans un message publié sur Twitter.


02h07 - Twitter a supprimé des tweets de Donald Trump, bloqué son compte pour douze heures et l'a menacé de suspension permanente. Ces mesures sans précédent ont été décidées après les violences de ses partisans qui ont empêché la certification des résultats de la présidentielle, mercredi. Dans une vidéo, aussi retirée par Facebook et YouTube, le président sortant appelait ses partisans en train de prendre d'assaut le Capitole à "rentrer chez eux" mais y il déclarait aussi que l'élection avait été "volée".

01h44 - Le Vice président Mike Pence est de retour au Sénat. "Le vice-président était en contact régulier avec les dirigeants de la Chambre et du Sénat", a indiqué sur Twitter l'attaché de presse de Mike Pence avant d'ajouter: "Et maintenant, nous allons terminer les affaires du peuple".

01h21 - L'ancien président américain George W. Bush a critiqué l'attitude de certains responsables républicains ayant selon lui alimenté l'"insurrection" au Capitole, ce mercredi , digne d'une "république bananière". "Les résultats d'élections ne sont ainsi contestés que dans les républiques bananières pas dans notre république démocratique", affirme-t-il dans un communiqué.

01h06 - Dans une lettre adressée à ses collègues, la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, a confirmé que les dirigeants du Congrès avaient décidé de reprendre la session conjointe pour certifier la victoire du président élu Joe Biden une fois que le Capitole serait "autorisé à être utilisé".

00h50 - Le Capitole américain est de nouveau sécurisé, annonce un responsable. La certification de l'élection de Joe Biden, interrompue par les manifestations, doit reprendre dès mercredi soir (jeudi en France), a annoncé Nancy Pelosi, la présidente démocrate de la Chambre des Représentants.

00h39 - Une femme blessée par balle dans l'enceinte du Capitole américain est décédée, a déclaré à l'AFP une porte-parole de la police, Alaina Gertz. Le chef de la police de Washington, Robert Contee, a déclaré lors d'une conférence de presse qu'une enquête avait été ouverte, sans livrer aucune information sur les circonstances du drame.

00h28 - Selon NBC News, les élus sont actuellement en discussion afin de savoir s'ils reprennent leurs débats ce soir ou demain. Cela dépendra en partie de l'état de l'intérieur du Sénat et de la Chambre, après les dégradations causées par les manifestants.

00h13 - Les urnes contenant les bulletins de vote des grands électeurs ont pu être mises à l'abri après l'envahissement du Capitole par des manifestants pro-Trump. Au moment de l'intrusion, ces urnes étaient situées dans l'enceinte du Sénat. Dans un tweet, le sénateur démocrate Jeff Merkley s'est félicité de ce sauvetage : "Si notre personnel compétent ne les avait pas attrapés, ils auraient été brûlés par la foule."

00h01 - Les réactions se multiplient dans le monde entier. Le président de l'Assemblée générale de l'ONU, Volkan Bozkir, s'est déclaré dans un tweet "profondément préoccupé" par "l'interruption du processus démocratique dans le pays hôte des Nations unies". Cette préoccupation s'exprime aussi au vu de "la violence au Congrès à Washington", indique l'ancien ministre turc.

23h51 - La maire de Washington a mis en place un couvre-feu à partir de 18h00 heure locale (23h00 GMT) dans la capitale fédérale. Il doit durer jusqu'à jeudi matin 06h00 heure locale (11H00 GMT). Des manifestants se trouvent toutefois toujours aux abords du Capitole.

23h39 - Le chef de l'Otan, Jens Stoltenberg, a dénoncé des "scènes choquantes", et appelé au respect du résultat de la présidentielle remportée par Joe Biden. Le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand a envoyé pour sa part ses "pensées démocratiques et amicales" aux parlementaires américains empêchés de siéger après l'irruption des manifestants pro-Trump. 

23h13 - Le ministère des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a également réagi sur Twitter. "Les violences contre les institutions américaines sont une atteinte grave contre la démocratie. Je les condamne. La volonté et le vote du peuple américain doivent être respectés" a-t-il écrit.

22h56 - Le chef de la diplomatie de l'UE dénonce un "assaut inédit contre la démocratie américaine". 

22h40 - Le Premier ministre britannique Boris Johnson a dénoncé des "scènes honteuses". "Les Etats-Unis sont les défenseurs de la démocratie dans le monde entier", a-t-il estimé dans un tweet, "et il est désormais vital que le transfert de pouvoir se fasse de manière pacifique et ordonnée".

22h38 - Des grandes entreprises américaines appellent Trump à "mettre fin au chaos"

22h32 - Au moins deux bombes artisanales auraient été désamorcées, selon CNN. L'une se trouvait dans un bâtiment abritant des bureaux du parti républicain et l'autre au Capitole.

22h24 - Donald Trump a diffusé une vidéo sur Twitter dans laquelle il appelle ses supporters au calme. "Vous devez rentrer chez vous maintenant, nous devons avoir la paix", indique-t-il tout en maintenant ses accusations : "c'était une élection frauduleuse". "Je comprends votre douleur. Je sais que vous êtes blessés", a-t-il ajouté. 

22h09 - Joe Biden appelle Donald Trump à "respecter son serment" et à faire cesser "le chaos". "Ce n'est pas une protestation, c'est une insurrection", dit le président élu qui appelle le républicain à exiger face aux caméras "la fin du siège" du Capitole. "Notre démocratie vit une agression sans précédent".

22h05 - Le vice-président américain appelle à l'arrêt "immédiat" des violences au Capitole. "Les violences et les destructions qui ont lieu au Capitole américain doivent cesser et elles doivent cesser immédiatement", a-t-il tweeté, demandant aux manifestants de "respecter les agents des forces de l'ordre et quitter immédiatement le bâtiment".

21h59 - CNN rapporte que cette note a été laissée sur le bureau de Nancy Pelosi: "Nous ne reculerons pas". 

21h55 - Des partisans ont réussi à pénétrer jusque dans le bureau de Nancy Pelosi, la présidente démocrate de la Chambre des représentants. 

21h48 - Plusieurs agents de police ont été blessés, dont au moins un a été transporté à l'hôpital, rapporte CNN.

21h46 - La Maison Blanche annonce que des militaires de la Garde nationale ont été envoyés à Washington.

21h45 - Des élus dénonçent une tentative de "coup d'Etat" de partisans de Trump.

21h41 - Le président élu Joe Biden devrait prendre la parole dans les prochaines heures. 

21h31 - Une femme a été blessée par balle dans le Capitole. La victime a reçu une balle dans l'épaule, selon un agent cité par le Washington Post. Elle a été évacuée sur un brancard. D'après CNN, elle se trouve dans un état critique.

21h29 - Des partisans ont cassé des fenêtres pour s'introduire dans le bâtiments.

21h27 - Des manifestants ont retiré le drapeau américain de la façade du Capitole pour le remplacer par celui de la campagne du républicain : "Trump 2020".

21h25 - "Les gardes de sécurité et les policiers du Capitole ont sorti leurs armes tandis que des partisans de Donald Trump tentaient de forcer le passage", a tweeté l'élu Dan Kildee. "On a reçu pour consigne de nous allonger sur le sol et d'enfiler notre masque à gaz", a-t-il ajouté.

21h21 - Du gaz lacrymogène a été utilisé dans la rotonde du Capitole, selon l'AFP. 

20h56 - Des partisans du président Trump ont été aperçus en train de se balancer au balcon du Sénat, ou s'assoir au perchoir alors que l'enceinte de la Chambre était bloquée et gardée par des policiers armés pour protéger des élus. 

20h47- Conséquence de cette scène de siège, la maire de Washington a ordonné un couvre-feu à 18h dans la capitale fédérale jusqu'à jeudi matin. 

20h39 - Devant la situation hors de contrôle, le milliardaire a appelé ses partisans à rester "pacifiques" face aux forces de l'ordre. "Soutenez la police du Capitole et les forces de l'ordre. Ils sont du côté de notre pays. Restez pacifiques!", a-t-il écrit.

20h25 - Sur Twitter, Donald Trump a dénoncé ce qu'il estime être le manque de "courage" de son vice-président Mike Pence, qui a annoncé qu'il ne s'opposerait pas à la certification de la victoire de Biden. "Mike Pence n'a pas eu le courage de faire ce qu'il aurait dû faire pour protéger notre pays et notre constitution", a tweeté le locataire de la Maison Blanche.

20h18 - Dans une lettre publiée quelques minutes avant l'ouverture de la session du Parlement américain, Mike Pence avait expliqué que les "contraintes" de la Constitution ne lui permettaient pas de modifier les résultats du scrutin du 3 novembre, tels que transmis par les Etats.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Donald Trump États-Unis Présidentielle américaine
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants