1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Ruth Bader Ginsburg, icône progressiste de la Cour suprême des États-Unis, est morte
2 min de lecture

Ruth Bader Ginsburg, icône progressiste de la Cour suprême des États-Unis, est morte

La doyenne de la Cour suprême des États-Unis, Ruth Bader Ginsburg, est décédée vendredi 18 septembre à l'âge de 87 ans, ce qui devrait ouvrir la voie à une intense bataille politique pour sa succession à moins de deux mois de la présidentielle.

Ruth Bader Ginsburg, ici en juin 2017.
Ruth Bader Ginsburg, ici en juin 2017.
Crédit : SAUL LOEB / AFP
Sarah Rozenbaum & AFP

Ruth Bader Ginsburg, juge progressiste doyenne de la Cour suprême des États-Unis, devenue une véritable icône à gauche, est morte des suites d'un cancer du pancréas, a annoncé la plus haute juridiction des États-Unis dans un communiqué vendredi 18 septembre.

Fragile depuis quelques années, cette championne de la cause des femmes, des minorités ou encore de l'environnement avait été hospitalisée à deux reprises cet été et sa santé était suivie de près par les démocrates qui craignent que le président Donald Trump s'empresse de nommer son successeur.

Quelques instants à peine après l'annonce de son décès, le chef des démocrates au Sénat Chuck Schumer a salué une "géante de l'Histoire américaine"mais demandé à ne pas précipiter le choix de son successeur.

"RBG", une icône des droits des femmes

Cette mort ouvre en effet un boulevard au président américain Donald Trump, soucieux de galvaniser les électeurs de la droite religieuse. Il a déjà publié une liste de juges conservateurs dans laquelle il piochera pour choisir le prochain sage de la Cour suprême.

Après que le président aura fait son choix, ce sera au Sénat d'accepter ou de rejeter la personne nommée. Or, le Sénat étant à majorité républicaine, il est très probable que le candidat de Donald Trump soit approuvé par le Sénat.

Cela cimenterait la majorité conservatrice de la haute juridiction, qui a le dernier mot sur des sujets comme l'avortement, le droit des minorités, le port d'armes, la peine de mort... Car s'ils sont 5 actuellement, les juges conservateurs ne votent pas toujours de concert.

À l'inverse, le quatuor progressiste, dont la juge surnommée "RBG" était la figure la plus connue, vote souvent d'une même voix pour défendre le droit des femmes à avorter, des homosexuels à se marier ou des immigrés.

À écouter

46. Pourquoi Ruth Bader Ginsburg est une icône de l'Amérique anti-Trump
00:22:33
La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire