1 min de lecture Coronavirus États-Unis

États-Unis : un pasteur anti-masque en soins intensifs pour la Covid-19

Un pasteur de l'Idaho ayant clamé son scepticisme face aux masques et ayant remis en cause la véracité des cas rapportés de coronavirus a dû être hospitalisé en soins intensifs après avoir contracté la Covid-19.

Un test de dépistage dans un hôpital du Michigan aux États-Unis en mars 2020
Un test de dépistage dans un hôpital du Michigan aux États-Unis en mars 2020 Crédit : JEFF KOWALSKY / AFP
IMG_5140
Sarah Rozenbaum

Paul Van Noy, un pasteur de l’Idaho, a passé deux semaines en soins intensifs et sous oxygène après avoir contracté la Covid-19. Il avait précédemment affirmé ne pas "vouloir être obligé" de porter un masque, même s’il avait dit ne rien avoir contre ceux qui en portaient.


Après une période de fermeture de mars à début mai, l’église Candlelight du pasteur Paul Van Noy avait rouvert, ne demandant pas aux fidèles de porter un masque durant les offices. Le pasteur avait déclaré que si les autorités ordonnaient à nouveau la fermeture de l’église, il n’obéirait pas. 

Dans un post Facebook datant de juillet dernier, Paul Van Noy avait écrit que porter des masques n’empêchait pas la transmission du coronavirus et avait enjoint ses fidèles à ne pas craindre les "causes ou les effets de la Covid-19".

Sa femme, Brenda Van Noy, également atteinte par la Covid-19 mais moins gravement, a publié sur Facebook peu après l’hospitalisation de son mari début septembre: "Je n’ai pas pris la Covid assez au sérieux" comme le rapporte le Washington Post. Le pasteur quant à lui, se remet doucement et devrait sortir des soins intensifs dans les prochains jours. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus États-Unis Coronavirus Épidémie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants