1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Éruption aux Canaries : jusqu'où peut encore aller la coulée de lave ?
2 min de lecture

Éruption aux Canaries : jusqu'où peut encore aller la coulée de lave ?

Les autorités espagnoles redoutent l'arrivée de la lave du Cumbre Vieja dans l'océan Atlantique à cause des émanations de gaz toxiques et des projections qui pourraient en découler.

"De grandes colonnes de fumée, de cendres ainsi que des coulées de lave s’échappaient de plusieurs points du volcan" témoigne une correspondante de l'Agence France-Presse (AFP) sur place.
"De grandes colonnes de fumée, de cendres ainsi que des coulées de lave s’échappaient de plusieurs points du volcan" témoigne une correspondante de l'Agence France-Presse (AFP) sur place.
Crédit : DESIREE MARTIN / AFP
Nicolas Barreiro & AFP

La coulée de lave du Cumbre Vieja, le volcan entré en éruption dimanche sur l'île de La Palma, n'avançait plus que lentement le mercredi 22 septembre. À ce stade, il n'est même plus certain qu'elle atteigne l'océan Atlantique. Des colonnes de fumées noires de plusieurs centaines de mètres de haut continuaient de s'élever de ce volcan.

Selon le dernier bilan fourni par le système européen de mesures géospatiales Copernicus, 154 hectares de terrain et 320 bâtiments ont été détruits par la lave, dont de nombreuses habitations abandonnées à la hâte par leurs occupants. Le bilan matériel est estimé à 400 millions d'euros pour le moment. Au total, 6.100 personnes ont été évacuées depuis le début de l'éruption, qui n'a, pour l'instant, pas fait de morts ou de blessés.

Dans la nuit de mardi à mercredi, les pompiers avaient fait une tentative désespérée pour dévier la coulée de lave d'une bonne dizaine de mètres de haut entrée dans le village de Todoque, dernière localité avant la côte. Mais le président de la région des Canaries, Ángel Víctor Torres, a critiqué cette initiative. "Face à l'avancée de la lave (…) on ne peut rien faire", a-t-il dit lors d'une conférence de presse. "Ni une barricade, ni un fossé" ne peuvent arrêter une coulée de lave, a-t-il ajouté.  

"Aucune certitude"

Le ralentissement de la lave, déjà très marqué et accentué ce mercredi, laisse penser qu'elle peut s'arrêter d'elle-même. Initialement, l'arrivée de la lave dans l'Atlantique, redoutée par les autorités en raison des émanations de gaz toxiques et des projections que cela pourrait provoquer, était prévue pour lundi soir, puis pour mercredi ou jeudi. Mais l'heure est désormais au doute à ce sujet.

À lire aussi

"Nous n'avons actuellement aucune certitude quant à savoir si l'avancée (de la lave) ira jusqu'à la mer ou non", a ainsi indiqué mercredi Miguel Ángel Morcuende, le directeur de la cellule d'urgence qui suit l'éruption, pendant une conférence de presse. "Les coulées avancent très lentement, 12 mètres en douze heures", a-t-il ajouté.

Le roi Felipe VI était attendu sur place jeudi pour y rencontrer des personnes évacuées et le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez, actuellement à New York pour l'Assemblée générale de l'ONU, a prévu de rentrer en Espagne immédiatement après son discours afin d'accompagner le souverain pendant cette visite.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/