1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. L'Allemagne investit 9 milliards dans l'hydrogène, quid de la France ?
3 min de lecture

L'Allemagne investit 9 milliards dans l'hydrogène, quid de la France ?

Berlin a annoncé investir 9 milliards au cours des prochaines années pour devenir le premier producteur et utilisateur d'hydrogène, une énergie d'avenir. L'occasion de faire le point sur la stratégie énergétique française.

Le bus à hydrogène effectuant la liaison Versailles/Jouy-en-Josas
Le bus à hydrogène effectuant la liaison Versailles/Jouy-en-Josas
Crédit : Twitter @B_Lambert75
Energie : l'Allemagne investit 9 milliards dans l'hydrogène, quid de la France ?
03:05
L'Allemagne investit 9 milliards dans l'hydrogène, quid de la France ?
03:05
Martial You - édité par Cassandre Jeannin

Berlin a annoncé un vaste plan en faveur de l'hydrogène : 9 milliards au cours des prochaines années pour devenir le premier producteur et utilisateur de cette énergie. C'est un tournant pour cette technologie.
 
C'est primordial car on sent bien que ce qui se joue, en ce moment, c'est le choix de l'énergie du futur : l'après-pétrole. Et la Covid-19 a sans doute accéléré la nécessité de ce choix car l'idée de relocaliser les besoins nécessaires à son économie s'est imposée à nous avec cette crise.

Besoin de médicaments, on le verra la semaine prochaine avec un plan qui devrait être annoncé par le Président. Besoin de relocaliser son énergie alors que les batteries au lithium Ion sont à la main des asiatiques qui maîtrisent 80% de la production mondiale et qui ont la main sur les métaux rares qui servent à construire ces batteries.

Des voitures, des trains ou des avions qui tournent à l'hydrogène, c'est viable ?

Ça peut le devenir si on investit lourdement dans la recherche. L'hydrogène sera sans doute un carburant pour le monde professionnel avant d'équiper la voiture de "monsieur toutlemonde" car il coûte aujourd'hui très cher à produire et le moindre véhicule qui roule à l'hydrogène coûte environ 60 à 70.000 euros à l'achat pour une voiture particulière.
Donc, les projets de véhicules hydrogène les plus avancés sont des trains (la SNCF a annoncé les premiers trains hydrogène pour 2022), des camions, des porte-conteneur...
 
La recherche et c'est à ça que doivent servir les milliards allemands doit faire baisser le coût de production.

L'hydrogène, une énergie verte ?

Pour l'instant, l'hydrogène a besoin d'énergie fossile pour être produite en Allemagne.
En France, c'est différent car on utilise l'électricité qui est déjà décarbonnée avec le nucléaire. Ensuite, c'est vert puisqu'une voiture qui roule à l'hydrogène est une voiture électrique, elle n'émet que de l'eau quand elle roule, elle peut faire 800 km et se recharge avec une pompe spéciale en 5 minutes.

À lire aussi

Mais surtout, la technologie hydrogène répond à un graal pour tous les défenseurs des énergies vertes : elle peut stocker l'énergie. Aujourd'hui, l'électricité produite grâce au vent ou au soleil est perdue si elle n'est pas consommée tout de suite. Avec la pile à combustible et l'hydrogène, on stocke cette énergie produite et on peut la restituer plus tard. C'est ça l'atout majeur pour les années à venir.

Si les Allemands investissent massivement dans l'hydrogène, ça tue le projet d'Airbus à la batterie ?

Le gouvernement assure que non. Mais, si les Allemands mettent 9 milliards sur l'hydrogène, je ne vois pas pourquoi ils investiraient massivement dans le projet d'une batterie au lithium Ion européenne. D'ailleurs le projet bénéficie d'un budget de 3 milliards seulement. On est dès le départ sur un niveau inférieur en terme d'investissement.

Hydrogène ou lithium pour la France ?

Il faut faire un choix. La France a prévu d'investir 100 millions par an pendant 5 ans sur l'hydrogène. C'est beaucoup d'argent et c'est ridicule au regard de ce que met l'Allemagne.
Et c'est ce qui est agaçant dans ce qu'on vit en ce moment avec les plans de relance. Au lieu de faire un choix en commun, un choix européen pour développer des technologies où l'Europe peut prendre le leadership, on court en ordre dispersé, après les asiatiques ou les américains. C'est le tombeau des Danaïdes qui laisse s'enfuir des milliards.
 
Sur l'hydrogène, l'Europe a les meilleurs industriels mondiaux qui ont constitué un Conseil de l'hydrogène. On y trouve les constructeurs allemands, les français Michelin et Air Liquide, Alstom et Siemens.
 
Finalement, ceux qui vont peut être pouvoir investir des milliards dans l'hydrogène et faire bouger les choses, ce sont les pétroliers. Eux, ils semblent avoir fait le choix de l'hydrogène puisque dans ce conseil, on trouve Aramco, Total, Chevron ou Shell.
 
La réponse viendra sans doute des industriels, mais il faudra les milliards des Etats pour enclencher la machine.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/