1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. ÉDITO - Petite fille voilée dans une campagne de l'UE : "Cela s'appelle avoir le sens du timing", pointe Ventura
2 min de lecture

ÉDITO - Petite fille voilée dans une campagne de l'UE : "Cela s'appelle avoir le sens du timing", pointe Ventura

Une campagne de communication du programme Erasmus mis en place par la Commission européenne montrait une petite fille portant le voile.

Une femme voilée dans la rue (illustration)
Une femme voilée dans la rue (illustration)
Les éditos d'Alba Ventura du 29 septembre 2022
00:02:53
L'invité de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura - édité par Alexandre Bozio

Tandis que de nombreuses femmes manifestent en Iran pour combattre l'obligation du port du voile, l'Europe promeut elle le voile dans une campagne de communication du programme Erasmus mis en place par la Commission européenne. Sur l'affiche, on voit une petite fille voilée accompagnée d'une jeune femme. Ce duo incarne l'enseignement dit innovant du programme. 

Cette affiche a été publiée il y a huit jours. Il y a huit jours, Mahsa Amini, avait déjà été enterrée en Iran après avoir été battue à mort pour quelques cheveux qui dépassaient de son voile. Il y a huit jours, des dizaines et des dizaines de femmes courageuses s'arrachaient déjà leur voile et se coupaient les cheveux dans les rues d'Abidjan et de tout l'Iran. C'est donc ce moment que choisit l'Europe pour mettre en scène une petite fille voilée. Cela s'appelle avoir le sens du timing.

Ce qui montre que c'est choquant, c'est que l'affiche n'apparaît plus ni sur le site ni sur le compte Twitter du programme Erasmus. Mais ce qui est d'autant plus problématique, c'est qu'il s'agit bel et bien d'une enfant voilée. Car à moins d'être Iranienne, Syrienne, Irakienne, Afghane ou Pakistanaise ; ces pays imposent le voile aux fillettes ; leur religion ne leur dicte pas de se voiler avant l'âge pubère. Et la Syrie, l'Iran, l'Afghanistan ou le Pakistan ne font pas partie du programme Erasmus. 

Pas la première campagne choquante

En 2022, l'Europe a fait une grande campagne sur la jeunesse. L'un des visages de cette campagne, censée représenter la diversité, était une jeune femme voilée. Je n'ai pas vu de jeunes hommes portant une kippa ou d'autres portant des croix. Cette campagne ne serait pas choquante si toutes les religions étaient représentées. Là encore, on voit que la Commission européenne a du mal à assumer, car cette affiche a, elle aussi, disparu du site. 

À lire aussi

Le Conseil de l'Europe avait déjà dû faire disparaître l'année dernière la campagne intitulée  "Mon voile, mon choix" ou bien celle dont le slogan était : "La beauté est dans la diversité comme la liberté est dans le hijab". La France avait demandé son retrait et même le Parti socialiste avait trouvé cette campagne déplacée. 

Au sein des instances européennes, il y a des pays dans lesquels le voile est totalement admis. La laïcité à la française est un système isolé. L'objectif avancé par la Commission, c'est de lutter contre les discriminations et de lutter contre les réflexes anti-musulmans, ce qui est tout à fait louable. 

Le problème, c'est que le voile n'est pas pour tout le monde un bout de tissu ordinaire. Il est bien souvent un objet à visée politique, que ce soit en Iran, où le pouvoir assoit sa domination sur les femmes, ou en France, où des gamines se filment voilées avant d'aller en cours afin de challenger l'école de la République

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.