2 min de lecture États-Unis

Destitution de Trump : le Sénat est prêt, le procès va pouvoir commencer

La présidente démocrate de la Chambre des représentants a signé officiellement l'acte d'accusation du président américain, permettant l'ouverture très prochaine du procès de destitution.

Un air d'amérique - Corbé Un Air d'Amérique Philippe Corbé iTunes RSS
>
Destitution de Trump : le Sénat est prêt, le procès va pouvoir commencer Crédit Image : SAUL LOEB / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Philippe Corbé
Philippe Corbé
édité par Maeliss Innocenti

Le Sénat a reçu dans la nuit de mercredi 15 à ce jeudi 16 janvier l’acte d’accusation du président Trump. C'est la première étape du procès. Le décor est planté. Et les Américains ont le sens de la mise en scène.

Pour la troisième fois seulement de l’histoire, on a assisté à un cérémonial un peu grandiloquent. L’acte d’accusation du président, donc les deux articles d’impeachment votés en décembre, abus de pouvoir et obstruction, ont été imprimés sur un grand parchemin. Solennellement signé par la présidente de la Chambre Nancy Pelosi. C’était assez ridicule. Elle a signé par petits bouts. Elle avait une série de stylos qu’elle utilisait les uns après les autres… Ce sont maintenant tous des stylos historiques, les stylos du procès en destitution du président Trump.

Elle a désigné parmi les élus démocrates de la Chambre sept procureurs, qui sont des têtes de turc du président et de FOX News, et, en fait, ceux qui ont mené les investigations et les auditions ces derniers mois. Ils sont partis en petit groupe, alignés et en rang, jusqu’au Sénat. C’est à l’autre bout du Capitole, il y a d’un côté la Chambre, de l’autre le Sénat, mais les deux sont séparés par la rotonde. Et donc quand ils sont passés sous la rotonde, l’air grave, on entendait seulement le crépitement des appareils photos. Toutes les grandes chaînes avaient cassé leurs programmes, en édition spéciale, pour retransmettre ce moment solennel.

Début du procès mardi prochain

À leur arrivée côté Sénat, le sergent en armes a crié en vieil anglais, "écoutez, écoutez", pour prévenir les sénateurs que "toutes les personnes sont tenues de garder le silence, sous peine d’emprisonnement". Pour que l’un des "procureurs" désignés parmi les élus de la Chambre puisse lire à voix haute l’annonce du procès en destitution de Donald John Trump, président des États-Unis. Tout ça, c'était assez pompeux.

À lire aussi
La bague retrouvée en Finlande. découverte
Une bague perdue aux États-Unis retrouvée 50 ans plus tard en Finlande

Mais ce n'est pas encore l'heure du procès. Ce jeudi c’est le président de la Cour suprême qui va être solennellement escorté jusqu’au Sénat, où il va prêter serment parce que c’est lui qui va présider le procès. Puis il fera prêter serment aux sénateurs, qui seront les jurés, à partir de mardi.

De nouveaux témoignages rendus publics

En coulisses, ça s’active déjà car de nouveaux documents et témoignages ont été rendus publics ces dernières heures. Un associé de Giuliani, l’avocat de Donald Trump, accuse le président de "mentir". Selon lui, "il savait exactement ce qui se passait", que son avocat était en Ukraine pour trouver des informations compromettantes contre Joe Biden, son possible rival du président à la présidentielle.

Il révèle aussi des textos qui montrent les efforts de l’avocat de Trump pour chasser l’ambassadrice américaine à Kiev, qui est parmi les principaux témoins de cette affaire. Et il accuse même l’avocat du président d’avoir fait surveiller, d’avoir fait suivre cette femme, ce témoin clé de la procédure de destitution.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Politique Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants