1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Crise en Ukraine : quels sont les différents scénarios d'invasion russe ?
3 min de lecture

Crise en Ukraine : quels sont les différents scénarios d'invasion russe ?

ÉCLAIRAGE - Alors que les Européens multiplient les efforts en faveur de la paix en Ukraine, la Russie aurait plusieurs options d'invasion militaire.

Une image satellite montrant le 19 janvier 2022 des véhicules militaires russes stationnés à Yelnya, en Russie, au nord de la frontière Ukrainienne
Une image satellite montrant le 19 janvier 2022 des véhicules militaires russes stationnés à Yelnya, en Russie, au nord de la frontière Ukrainienne
Crédit : HANDOUT / SATELLITE IMAGE ©2022 MAXAR TECHNOLOGIES / AFP
Thomas Pierre

Alors que les initiatives diplomatiques occidentales se poursuivent, la Russie continue de rassembler ses troupes aux frontières de l'Ukraine. Selon les estimations des renseignements américains, Moscou disposait début février de 125.000 soldats aux portes du pays, soit plus de 80% des 150.000 militaires nécessaires pour une éventuelle invasion à grande échelle. Moscou serait ainsi en mesure de passer à l'offensive d'ici mi-février.

Si les pourparlers de paix venaient à échouer, l'armée russe ne manqueraient pas d'options au sol, aériennes ou encore navales, pour entrer chez son voisin, que ce soit par l'Est, le Nord ou encore le Sud du pays. Pour rappel, la Russie, qui a déjà annexé la Crimée en 2014, est déjà présente au Donbass (Est) par l'entremise des séparatistes. Mais les Russes ont aussi renforcé leur position à la frontière biélorusse (Nord), à quelques 150 kilomètres de la capitale ukrainienne, sans parler de la présence de sa marine en Mer Noire, grâce entre autres à la base criméenne de Sébastopol (Sud).

Les pions du Kremlin sont donc déjà bien avancés. Moscou, qui assure ne pas avoir d'ambition expansionniste, met un point d'honneur à ce que Kiev ne tombe pas dans l'escarcelle de l'OTAN. Officiellement, son objectif premier est ici de défendre sa zone d'influence héritée du bloc soviétique. En cela, l'Ukraine pourrait rester indépendante, tant qu'elle reste sous l'emprise russe. Dès lors, quelles sont les différentes scénarios d'invasion sur la table ? Comment Vladimir Poutine pourrait-il passer à l'action ? 

6 scénarios militaires possibles

Une offensive russe pourrait prendre en effet plusieurs formes, selon les analystes du Center for Strategic and International Studies (CSIS). Sur la base de ses objectifs politiques, le Kremlin aurait ainsi six options militaires, d'envergures exponentielles, allant d'un soutien renforcé aux séparatistes, jusqu'à une invasion complète de son voisin. 

À écouter aussi

Première hypothèse (1), Moscou pourrait simplement choisir de retirer ses troupes de la frontière ukrainienne, mais tout en continuant à aider les rebelles pro-russes du Donbass et à mener une "guerre hybride", faite de cyber-attaques, de désinformation auprès des civils et de pression économique. Dans la même logique, les Russes pourraient aussi envoyer des troupes dans les régions sécessionnistes de Donetsk et Louhansk dans l'Est du pays (2)

Une invasion complète de l'Ukraine ?

Alternativement, Moscou pourrait également choisir de passer à la vitesse supérieure en saisissant, puis revendiquant tout l'Est ukrainien, c'est-à-dire jusqu'au fleuve Dnepr (3) qui coupe le pays en deux. Un quatrième scénario reprendrait cette option en ajoutant une ceinture de terre supplémentaire au sud qui permettrait de relier la Russie à la Transnistrie (4), étroit territoire coincé entre la Moldavie et l'Ukraine, et à l'existence juridique encore floue. Moscou pourrait aussi profiter de cette hypothèse militaire pour couper l'accès de l'Ukraine à la Mer Noire (5) et l'étouffer économiquement. 

Enfin, dernier scénario, Vladimir Poutine pourrait décider d'envahir l'intégralité du pays (6). Une éventualité qui ouvrirait la voie à une nouvelle alliance "slave" entre la Russie, la Biélorussie et l'Ukraine. De quoi renforcer considérablement l'influence russe aux portes de l'Europe. Quoi que le maître du Kremlin choisisse au final, encore lui faut-il une raison de passer à l'action. Un "casus belli" justifiant à ses yeux de partir en guerre. En cela, les négociations actuelles des occidentaux en faveur de la paix ont au moins le mérite de gagner du temps alors que les bruits de bottes se font de plus en plus assourdissants aux portes de l'Europe.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/
<