1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Covid-19 : quels pays s'en sortent le mieux face à la pandémie ?
2 min de lecture

Covid-19 : quels pays s'en sortent le mieux face à la pandémie ?

ÉCLAIRAGE - Alors que la France fait face à une deuxième vague, de nombreux pays dans le monde comptent zéro cas ou presque.

Hanoï, au Vietnam
Hanoï, au Vietnam
Crédit : HOANG DINH NAM / AFP
Covid-19 : quels pays dénombrent zéro cas ou presque ?
00:05:34
Covid-19 : quels pays s'en sortent le mieux face à la pandémie ?
00:05:34
Bénédicte Tassart - édité par William Vuillez

Où se trouvent donc ces pays sans cas de Covid-19 ? Car oui, il y en a. Ce sont des îles, peu peuplées qui ont fermé leurs frontières depuis le printemps : le Vanuatu, les Fidji, Tonga, la Micronésie, les Îles Marshall... Un seul cas à signaler, dans les Îles Salomon, au nord de l'Australie : un jeune étudiant rapatrié des Philippines et mis immédiatement en quarantaine.

De son côté, la Nouvelle-Zélande a craint la deuxième vague avec des cas déclarés à Auckland. La ville s'est aussitôt confinée en août dernier et elle est à nouveau accessible. Alors comment les Néo-Zélandais ont-ils gagné le pari ? Eh bien d'abord, c'est encore un archipel, donc les frontières sont plus faciles à fermer. Les îles sont éloignées des grandes routes mondiales de communication avec une faible densité de population au kilomètre carré. 

Et des mesures strictes : pour entrer dans un restaurant ou un magasin, il faut d'abord flasher le QR code affiché en vitrine, et on vous recontacte si un malade est passé par là. Récompense ultime: les Néo-Zélandais se sont rendus hier en masse et non masqués au stade pour voir les All Blacks affronter l'Australie.

Certains s'en sortent grâce à des méthodes autoritaires

Tout en bas de la liste, le Vietnam : 96 millions d'habitants avec 35 morts seulement, et aucun cas depuis le mois d’août. Alors, soit le Vietnam cache ses statistiques, comme on soupçonne aussi la dictature du Turkménistan, ou encore la Thaïlande, soit la méthode forte vietnamienne, et bien ça marche : le "name and shame". Celui qui tombe malade est vilipendé sur les réseaux sociaux, isolement forcé, traçage des personnes infectées jusqu'au troisième cercle de la famille et des amis et puis dépistage massif. 

À écouter aussi

Le Vietnam a pris de bonnes habitudes lors de l’épidémie de SRAS en 2003. On se pose des questions aussi sur la Chine : presque aucun cas depuis le 15 août, les Chinois ont pu profiter de la golden week, leur semaine de vacances : 600 millions de déplacements dans le pays la semaine dernière et donc très peu de malades, exceptionnel non ?

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/