3 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : quand parle-t-on de "pandémie" ?

L'épidémie de Covid-19 s'est accélérée depuis lundi 24 février à travers le globe, au point que l'OMS évoque désormais un risque de "pandémie".

Illustration de passants à Hong Kong en janvier 2020
Illustration de passants à Hong Kong en janvier 2020 Crédit : Anthony WALLACE / AFP
Thomas Pierre
Thomas Pierre Journaliste

Le monde est désormais menacé d'une "pandémie". Avec cinq nouveaux pays touchés et une brusque hausse des bilans en Iran, en Corée du Sud et en Italie, la journée du lundi 24 février aura-t-elle été celle du basculement dans la crise du coronavirus ? 

Des signaux si forts que l'Organisation mondiale de la Santé évoque désormais un risque de pandémie. "Nous devons nous concentrer sur l'endiguement (de l'épidémie de nouveau coronavirus, ndlr), tout en faisant tout notre possible pour nous préparer à une éventuelle pandémie", a déclaré lundi le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Mais de quoi s'agit-il exactement ? "On parle de pandémie en cas de propagation mondiale d’une nouvelle maladie", définit le site de l'OMS. Quelle différence alors avec une épidémie ? "L'impact ou la gravité tendent à être plus élevés en cas de pandémie, en partie à cause de la proportion plus importante de la population dépourvue de toute immunité préexistante au virus", poursuit l'OMS.

L'Italie et la Corée du Sud affectées

Dès lors, "l'augmentation soudaine du nombre de cas en Italie, en Iran et en Corée du Sud" est jugée "très préoccupante" par l'OMS. Dans le pays asiatique, le nombre de contaminations a bondi mardi pour atteindre près d'un millier de cas, dont 10 sont décédés. En Italie, 283 nouveaux cas ont été détectés depuis lundi et deux nouvelles régions sont désormais concernées : la Toscane et la Sicile. 

À lire aussi
Le métro Porte de la Chapelle à Paris pendant le confinement (illustration) coronavirus
Coronavirus : victimes d'agressions, des soignants d'hôpitaux seront escortés jusqu'au métro

En Chine, où le nouveau coronavirus est apparu en décembre, le bilan humain de mardi s'avérait cependant moins dramatique. Le pays a enregistré 71 nouveaux décès au cours des dernières 24 heures, le chiffre le plus bas depuis près de trois semaines. Des chiffres qui accréditent cependant fortement une pandémie mondiale imminente, dont voici les dernières apparitions historiques. 

Les grandes pandémies au 20e siècle

Avant le nouveau coronavirus, plusieurs grandes pandémies, principalement grippales, ont frappé le monde au cours du XXe siècle. En premier lieu : le VIH. Depuis 1981, le bilan des personnes mortes du Sida est de 32 millions de morts, selon l'Onusida. 

En 2018, environ 770.000 personnes sont décédées de maladies liées au VIH, qui affecte le système immunitaire et rend les patients vulnérables aux infections opportunistes. Mais aujourd'hui 24,5 millions de personnes ont accès à des traitements antirétroviraux qui, lorsqu'ils sont pris régulièrement, bloquent très efficacement la maladie et réduit très fortement les risques de contamination.

Entre l'été 1968 et le printemps 1970, la grippe de Hong Kong aura, elle, fait un million de morts autour du monde, tuant beaucoup d'enfants. Provenant de Hong Kong, le virus a d'abord traversé l'Asie puis, fin 1968, les Etats-Unis. Après quelques mois où il s'est fait discret, le virus a déferlé sur l'Europe fin 1969. Pour les épidémiologistes, cette grippe est entrée dans l'histoire comme la première pandémie de l'ère moderne, celle des transports aériens rapides.

Grippe asiatique et "espagnole"

Dix ans plus tôt, en 1957-1958, la grippe asiatique a été à l'origine du décès d'1,1 million de personnes. Cette pandémie a frappé en deux vagues virulentes. Le virus est d'abord apparu dans une province méridionale de la Chine, en février 1957. Il a fallu plusieurs mois avant qu'il n'atteigne l'Amérique et l'Europe. Les personnes âgées ont été les premières victimes de cette maladie, qui entraînait de graves complications pulmonaires.

Enfin, la grippe dite "espagnole", qui a sévi entre septembre 1918 et avril 1919, est considérée comme la plus mortelle de l'histoire (jusqu'à 50 millions de morts). Elle a tué cinq fois plus que les combats de la Première guerre mondiale. Le virus fait ses premières victimes documentées aux Etats-Unis, se propage ensuite en Europe, puis touche le monde entier. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus OMS Épidémie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants