1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Coronavirus : l'ambassade de Chine trolle les États-Unis sur Twitter
2 min de lecture

Coronavirus : l'ambassade de Chine trolle les États-Unis sur Twitter

L'ambassade de Chine en France a publié une vidéo dans laquelle elle met en cause, sur un ton humoristique, la réponse des États-Unis face au coronavirus.

Le logo du réseau social Twitter
Le logo du réseau social Twitter
Crédit : LEON NEAL / AFP
Camille Sarazin

L'ambassade de Chine en France a publié une drôle de vidéo sur Twitter, jeudi 30 avril. Dans une courte BD animée, de moins de deux minutes et entièrement en anglais, les Chinois critiquent la réponse américaine à la crise du coronavirus. 

"On a découvert un nouveau virus, il est dangereux." "Et alors, ce n'est qu'une grippe", répondent les États-Unis, représentés par la fameuse statue de la Liberté. Le ton est donné. Dans la guerre de l'informations qui oppose désormais les Chinois et les Américains, ces premiers ont misé, pour cette fois, sur un ton humoristique. 

Les attaques n'en sont pas moins fortes. Une à une, la vidéo visionnée presqu'un million de fois reprend toutes les mesures prises en Chine pour lutter contre la propagation du virus... Et la petite statue de la Liberté les envoie balader chacune leur tour. "Restez à la maison", "Cela viole les droits humains !", "Nous construisons un hôpital temporaire", "c'est un camp de concentration", etc.

La vidéo aborde également les accusations de manque de transparence émises à l'encontre de la Chine. Le pays est notamment suspecté d'avoir menti sur le nombre de morts, qui pourrait être fortement sous-estimé. "Vous nous avez menti", assurent les États-Unis fictifs. "Nous avons rendu toutes nos données publiques", répond la Chine. 

"Le pangolin qui se fout de la chauve-souris"

À lire aussi

Cette vidéo à la gloire de la Chine a fait réagir les utilisateurs français de Twitter, qui dénoncent l'hypocrisie des autorités chinoises. C'est "le pangolin qui se fout de la chauve-souris là", a répondu Hugo Travers, un Youtubeur qui décrypte l'actualité. 

"Il manque l’épisode du 30 décembre lorsque les docteurs Ai Fen et Li Wenliang tentent d’alerter Pékin sur la dangerosité du virus avant d’être réduits au silence, accusés de troubler l’ordre social, non ?", a également tweeté François Sattiel, journaliste pour l'émission d'Arte 28 minutes

Car si la Chine tente de réécrire le déroulé de la crise à son avantage, en tapant au passage sur les autorités américaines, sa réponse à l'arrivée du coronavirus est critiquée. Plusieurs médecins ont tenté d'alerter sur l'apparition de ce nouveau virus et les autorités les ont sommés de garder le silence. Un des premiers lanceurs d'alerte, Li Wenliang, est d'ailleurs décédé du Covid-19

Alors que les États-Unis sont maintenant le pays avec le plus grand nombre de morts, selon les chiffres officiels, Pékin tente de faire oublier ces débuts et de mettre l'accent sur ses réussites. Tandis que Donald Trump assure que le virus a été fabriqué en Chine

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/