2 min de lecture Chine

Coronavirus en Chine : que s'est-il passé entre le 14 et le 20 janvier, six jours clés ?

Alors que Pékin vient de revoir à la hausse le bilan des morts du Coronavirus à Wuhan, des questions se posent sur la gestion de la crise par la Chine.

Christelle Rebiere RTL Midi Christelle Rebière iTunes RSS
>
Coronavirus en Chine : que s'est-il passé entre le 14 et le 20 janvier, six jours clés ? Crédit Image : Philip FONG / AFP | Crédit Média : Christophe Decroix | Durée : | Date : La page de l'émission
Christophe Decroix
Christophe Decroix édité par Youen Tanguy

Le torchon brûle entre la Chine et la France. Dans une interview accordée au Financial Times, Emmanuel Macron affirme qu’il y a "manifestement des choses qui se sont passées dans la gestion du Covid-19 qu’on ne sait pas". Réponse cinglante de Pékin : "Il n’y a pas eu de dissimilation dans le bilan du coronavirus". 

Et pourtant, le bilan à Wuhan vient d’être revu à la hausse de 1.300 morts. Du coup, on s’interroge notamment sur ce qui a pu se passer entre le 14 et le 20 janvier : six jours clés au cours desquels la bureaucratie chinoise, les réticences des fonctionnaires à signaler des mauvaises nouvelles et l’absence de transparence et de liberté d’information ont permis au Covid-19 de gagner en puissance.

Selon une enquête de l’agence Associated Press, qui a eu accès à des rapports officiels, les premiers signes d’alarme ont été mis de côté. Bien avant cette date, des patients se sont présentés dans les hôpitaux. Pire, au cours de ces six journées, un banquet rassemblant des dizaines de milliers de personnes à été organisé à Wuhan à la veille du nouvel an lunaire. Nouvel an qui voit ensuite des millions de personnes voyager à travers toute la Chine et même le monde.

Des médecins sèchement rappelé à l'ordre

À cette époque-là, quand des médecins ont voulu alerter des risques de transmission humaine, ils auraient été sèchement rappelés à l’ordre. Le président Xi Jinping ne sonnera l’alerte que le 20 janvier, alors qu'il y avait déjà au moins 3.000 personnes infectées.

À lire aussi
TikTok (illustration) États-Unis
États-Unis : TikTok a jusqu'au 4 décembre pour vendre ses actifs américains

Mais les autorités chinoises n’ont pas été les seules dans le monde à réagir tardivement alors qu’on connaissait enfin l’intensité du drame au niveau mondial. Des dirigeants comme Donald Trump, Boris Johnson ou Jair Bolsonaro ont continué de le minimiser, mais les Chinois ont été le premier maillon de cette chaîne. 

Lire la suite
Chine France Pékin
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants