1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Coronavirus : comment l'OMS classe-t-elle les différents variants ?
2 min de lecture

Coronavirus : comment l'OMS classe-t-elle les différents variants ?

Le nouveau variant Omicron, repéré en Afrique du Sud, a été classé comme "préoccupant" par l'OMS. Qu'est-ce que cela signifie et comment un variant est-il classé ?

Le siège de l'OMS à Genève
Le siège de l'OMS à Genève
Crédit : FABRICE COFFRINI / AFP
Nicolas Barreiro

Depuis le début de la crise sanitaire, en janvier 2020, l'Organisation mondiale de la Santé surveille de près la pandémie de Covid-19 et son évolution. Chaque nouvelle mutation du virus est suivie avant d'être classée dans une catégorie : "préoccupant", "à suivre" ou "sous surveillance". Chacune de ces catégories présente une définition bien précise. 

La première concerne les mutations de premier plan, comme le variant Omicron, récemment découvert en Afrique du Sud, mais aussi les variants Alpha (britannique), Beta (sud-africain), Gamma (brésilien) et Delta (indien). 

Selon l'OMS ces variants sont caractérisés par : "l'augmentation de la transmissibilité ou évolution préjudiciable de l’épidémiologie de la Covid‑19", "l'augmentation de la virulence ou modification du tableau clinique" ou "la diminution de l’efficacité des mesures de santé publique et sociale ou des outils de diagnostic, des vaccins et des traitements disponibles". 

Les variants "à suivre"

La deuxième catégorie ne comprend que les variants Lambda et Mu, respectivement découverts au Pérou et en Colombie. Ces variants "à suivre" sont définis par leurs "modifications génétiques dont on sait qu’elles affectent ou dont on prévoit qu’elles affecteront les caractéristiques du virus telles que la transmissibilité, la gravité de la maladie, l’échappement immunitaire, la capacité d’échapper au diagnostic ou au traitement". 

À lire aussi

De plus, ces variants provoquent "une transmission communautaire importante ou plusieurs foyers de COVID-19, dans plusieurs pays, entraînant une prévalence relative croissante ainsi qu’une augmentation du nombre de cas dans le temps, ou d’autres conséquences épidémiologiques observables qui font craindre un risque émergent pour la santé publique mondiale". 

Les variants "sous surveillance" et "anciennement surveillés"

Une troisième option existe pour classer les variants de la Covid-19. N'y sont classés que des mutations peu communes comme les variants Kappa, Iotta et Eta. Ces derniers étaient anciennement classés "à suivre". Les autres variants de la liste ne possèdent pas de nomination propre à eux, seulement une suite de lettres et de chiffres.

Enfin, si le variant "ne circule plus à des niveaux susceptibles d’avoir une incidence sur la santé publique mondiale", "circule depuis longtemps sans aucune incidence sur la situation épidémiologique globale" et/ou que "des preuves scientifiques démontrent que le variant ne présente aucune propriété préoccupante", alors il sera classé dans la toute dernière catégorie des variants "anciennement surveillés".

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/