2 min de lecture États-Unis

Coronavirus : comment expliquer la propagation fulgurante aux États-Unis

VU DANS LA PRESSE - Réaction tardive, manque de moyens médicaux, décisions incohérentes... Les raisons ne manquent pas pour expliquer la propagation rapide du coronavirus à travers les États-Unis.

New york, confiné en raison de l'épidémie de coronavirus, le 28 mars 2020
New york, confiné en raison de l'épidémie de coronavirus, le 28 mars 2020 Crédit : Kena Betancur / AFP
Florise Vaubien
Florise Vaubien Journaliste

Si Donald Trump prétendait que le risque de contamination était "très faible" dans son pays, les chiffres démontrent au contraire une situation épidémiologique inquiétante. Au dernier bilan du samedi 28 mars, les États-Unis déplorent plus de 2.000 victimes, et plus de 120.000 cas de contamination.

Plusieurs facteurs expliquent cette progression fulgurante du virus Covid-19 : d’abord la prise de conscience très tardive de la Maison Blanche. Le président américain avait dans un premier temps minimisé la gravité de la pandémie estimant que la contamination sur le sol américain n'était pas "inévitable", une position qui allait contre l'avis des experts en santé publique. "Traitez cela comme la grippe", avait même lancé le milliardaire lors d'une conférence à la Maison blanche le 26 février dernier.

Comme de nombreux pays, le manque de moyens n'a pas épargné les centres hospitaliers américains. En cause : les autorités américaines avaient "refusé de lever certaines restrictions qui auraient permis aux États de développer" des tests de dépistage, rapporte le journal le Parisien. Ensuite, les premiers dispositifs disponibles se sont révélés défectueux

Un temps précieux perdu

Ces restrictions ont été annulées seulement le 29 février lorsque les États-Unis ont recensé le premier mort du Covid-19. Le premier cas avait été rapporté un mois auparavant, de quoi faire perdre un temps précieux face à la pandémie qui déferle sur le monde. "Si on avait pu remonter les contacts qu'ont eus les personnes infectées, nous aurions peut-être pu trouver bien plus de cas rapidement, et isolé les lieux de forte propagation", déplore le docteur Gabor Kelen, directeur du département de médecine d'urgence à l'université Johns Hopkins.

Des moyens insuffisants et des décisions incohérentes

À lire aussi
Un avion de la compagnie scandinave SAS. coronavirus
Coronavirus : la liste des 16 pays considérés comme à risque

Alors que l'épicentre de l'épidémie se situe dans l'État de New York avec plus de 5.000 cas recensés, "le New Jersey, la Californie, l’État de Washington, le Michigan ou l'Illinois voient aussi la maladie progresser rapidement" mais ne proposent pas "une réponse nationale claire"

Structurés de manière fédérale, les États-Unis comptent "50 Etats avec différentes réponses apportées de la part des gouverneurs et des départements de santé publique locaux", explique le docteur Thomas Tsai, professeur de santé publique à Harvard. "Je pense que ce dont on a besoin c'est vraiment d'un effort national coordonné", estime-t-il. Pour l'heure, seuls 60% des 327 millions d'Américains sont appelés à rester confinés à domicile.

Les Etats-Unis sont à l'aube d'une épidémie désastreuse

David Fisman, épidémiologiste à l'université de Toronto
Partager la citation

Ces facteurs aggravants laissent craindre "une épidémie absolument désastreuse" d'après David Fisman, épidémiologiste à l'université de Toronto. "Le taux de létalité n'est pas rassurant. (…) Cela va augmenter, car les gens mettent du temps à mourir", redoute le chercheur.

Quant au pic épidémique, d'après l'école de médecine de l'université de Washington, il se situera autour de la mi-avril, "avec un nombre de morts stagnant autour de 80.000 à partir de juin". D'après son étude, le bilan américain fera état de 38.000 à 162.000 victimes d'ici la fin de la crise sanitaire.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Coronavirus Épidémie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants