4 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : comment expliquer la faible propagation du virus en Afrique ?

Alors que l'épidémie de coronavirus se propage dans le monde, le continent africain affiche des bilans officiels encourageants. Densité, âge moyen, climat... Plusieurs facteurs expliqueraient cette résilience sanitaire.

Un homme portant un masque à Johannesburg (Afrique du Sud), le 10 mai 2020
Un homme portant un masque à Johannesburg (Afrique du Sud), le 10 mai 2020 Crédit : WIKUS DE WET / AFP
Florise Vaubien
Florise Vaubien Journaliste

En constatant des bilans officiels particulièrement encourageants dans les pays africains, certains scientifiques redoutaient déjà une catastrophe sanitaire silencieuse et sous-estimée. Mais les dernières données démontrent que le continent détient de nombreux atouts pour faire face à la pandémie. Explications.

Les États africains dénombrent seulement 64.214 cas de contaminations au Covid-19 : comment expliquer ce faible bilan ? D'abord, la plupart des gouvernements ont pris au sérieux les cris d'alarme de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui craignait une propagation dévastatrice à travers le continent. 

Les États ont rapidement pris des mesures sanitaires, notamment en limitant les voyages, une stratégie efficace pour ralentir le taux d'infection. "Je crois que l'Afrique du Sud a pris la bonne décision de confinement au début de la pandémie. (…) Une augmentation des cas se poursuivra, mais à un rythme plus lent", explique Glenda Davison, chef du département des sciences biomédicales de la Cape Peninsula University of Technology (Afrique du Sud) dans la revue médicale The Lancet.

Des atouts démographiques

Par ailleurs, la démographie aurait également joué un rôle : avec 60% de la population âgée de moins de 25 ans, les pays africains ont été relativement épargnés par une maladie qui se révèle particulièrement dangereuse pour les personnes âgées. "C'est peut-être là une première explication de cette résilience", explique-t-on au PointPour rappel, en France, 75% des personnes décédées du Covid-19 ont plus de 75 ans et dans le nord de l'Italie, région la plus touchée au monde, les personnes âgées de plus de 65 ans représentent 23% de la population locale, contre 5% en Afrique.

À lire aussi
Une équipe soignante pendant l'épidémie de coronavirus, dans à l'hôpital de Levallois-Perret (Île-de-France), le 9 avril 2020 santé
Coronavirus : l'OMS reconnaît que des "preuves émergent" de transmission par l'air

Seuls l’Égypte, la Tunisie, le Maroc ou encore le Rwanda, et quelques grandes mégalopoles affichent des densités de population élevées. Le continent africain dispose donc d’un autre atout majeur : la faible densité avec en moyenne 43 habitants par kilomètre carré contre 207 en Italie, 105 en France et 98 en Espagne. Une caractéristique démographique qui aurait freiné la propagation du virus à travers les régions. "L'OMS confirme que cette faible densité de population joue un rôle positif, tout en soulignant que ces chiffres ne sont qu'une moyenne, et que des villes comme Lagos ou Abuja affichent des densités de population records".

Facteur climatique et retour d'expériences

Le climat expliquerait également la lente propagation du virus. "Une étude a conclu que la maladie du coronavirus est possiblement moins stable à des températures plus élevées, la température optimale de transmission se situant probablement autour de 8,72 °C. Les températures dans la plupart des pays africains sont rarement inférieures à 15 °C", explique Denis Chopera, médecin virologue et directeur administratif de programme pour le réseau d’excellence en recherche sur la tuberculose et le VIH en Afrique subsaharienne (SANTHE), dans une tribune publiée par le quotidien suisse Le Temps.

Enfin, les scientifiques constatent un nombre faible de cas de contaminations dans les pays les plus touchés par le paludisme ou la tuberculose. Un constat qui suscite encore la prudence de l’OMS. Toutefois, une étude du NHS (National Health Service) et de King's College montre une corrélation négative entre les pays affectés par la malaria et ceux touchés par le Covid-19. En cause : "Un possible effet protecteur des traitements prophylactiques pour la malaria comme la chloroquine contre le coronavirus".

Victime de nombreuses épidémies et "consciente de ses faiblesses infrastructurelles, l’Afrique résiste encore sur le plan sanitaire", explique le Point qui rappelle que les diverses pandémies qui ont affecté l'Afrique de l’Ouest ont appris aux soignants et aux populations les gestes qui sauvent. Un retour d'expérience précieux même s'il convient de rappeler que plusieurs pays sont durement touchés par l'épidémie de coronavirus : l’Afrique du Sud, l’Égypte avec un premier cas en février dernier, suivis par le Maroc, l’Algérie et le Nigeria. 

Une réalité sanitaire sous-estimée ?

Certains scientifiques se montrent bien plus sceptiques, comme le professeur Éric Delaporte, médecin épidémiologiste et spécialiste des maladies infectieuses au CHU de Montpellier. Il estime au contraire que la situation est grave sur le continent africain. Au micro de franceinfo, le médecin explique que l'épidémie "est en train de se diffuser de façon massive". Constat rejeté par plusieurs chercheurs notamment John Nkengasong, chef du Centre africain de contrôle et de prévention des maladies.

Si John Nkengasong reconnaît que la réalité sanitaire est en effet sous-estimée faute de tests déployés massivement, "il écarte l’idée que de nombreux cas passent sous les radars", car "les hôpitaux seraient envahis de malades, ce qui n’est pas le cas". Pour le moment, l'Afrique affiche donc une résilience sanitaire qui porte ses fruits : 2.293 victimes ont succombé au Covid-19 sur une population estimée à 1,216 milliard d'habitants. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Afrique Afrique du Sud
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants