1 min de lecture Coronavirus

Coronavirus au Royaume-Uni : pourquoi la situation est préoccupante

La poussée du variant indien fait craindre une recrudescence des contaminations outre-Manche malgré le fait que plus de la moitié des Britanniques a reçu au moins une dose de vaccin.

Une rue du quartier de Soho, à Londres, le 16 avril 2021
Une rue du quartier de Soho, à Londres, le 16 avril 2021 Crédit : Niklas HALLE'N / AFP
Gaétan Trillat

Au prix d'un confinement strict suivi d'un déconfinement prudent par étapes, associé à une campagne de vaccination commencée dès fin décembre, le Royaume-Uni est parvenu à faire chuter les contaminations à la Covid-19 autour de 2.000 cas par jour en moyenne, au 25 mai. Cependant, depuis quelques jours, la situation est redevenue préoccupante dans le pays, rapporte France Info. En cause, une forte progression du variant indien, présumé plus contagieux.

Au cours de la dernière semaine, le nombre de contaminations à ce variant a augmenté de 160%, passant à 3.424 cas confirmés, un chiffre sans doute sous-estimé. L'épidémiologiste Eric Feigl-Dign expliquait dimanche que le variant indien représentait désormais 50% des nouvelles contaminations en Angleterre et progressait particulièrement chez les enfants.

AstraZeneca moins efficace ?

Cette nouvelle donne est inquiétante à plus d'un titre : d'abord parce que le variant B.1.617.2 dit indien pourrait être 50% plus transmissible que le variant B.1.1.7 dit anglais, jusqu'ici majoritaire outre-Manche, selon un rapport du Sage, le conseil scientifique britannique. Mais aussi parce qu'il pourrait mettre à mal la stratégie vaccinale du pays.

Au Royaume-Uni, deux tiers des vaccinés l'ont été avec le produit d'AstraZeneca. Or, les premiers résultats d'une étude publiée par Public Health England laissent entendre que la protection offerte par ce vaccin ne serait plus que de 33% après la première dose et 60% après deux doses (au lieu de 50% et 66% avec le variant anglais). Il est désormais question de réduire le délai entre deux doses, de douze à huit semaines, un temps considéré comme toujours trop long par certains scientifiques.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Santé Épidémie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants