2 min de lecture Épidémie

Coronavirus au Brésil : 7.025 morts, les indigènes en danger, le point sur la situation

Au Brésil, où le président est ouvertement corona-sceptique, le Covid-19 a contaminé 101.147 personnes et en a tué 7.025, alors que le pic épidémique est loin d'être atteint et que les chiffres officiels sont largement sous-estimés.

Une infirmière rend visite à un patient dans la banlieue de Manaus, dans l'État d'Amazonas.
Une infirmière rend visite à un patient dans la banlieue de Manaus, dans l'État d'Amazonas. Crédit : Ricardo OLIVEIRA / AFP
benoit
Benoît Collet et AFP

Devant des milliers de manifestants venus le soutenir à Brasilia, le président brésilien Jair Bolsonaro a réitéré le 3 mai son discours anticonfinement alors que le nombre de cas de coronavirus explose dans son pays. "La destruction des emplois de la part de certains gouverneurs est irresponsable et inadmissible. Nous allons payer le prix fort à l'avenir", a déclaré le chef de l'État lors d'une transmission en direct de la manifestation sur Facebook.


La situation est critique dans de nombreux États, avec des hôpitaux débordés, alors que le pic de la pandémie est loin d'être atteint dans le plus grand pays d'Amérique Latine.Le président d'extrême droite Jair Bolsonaro n'a cessé de minimiser la pandémie et de critiquer les mesures de confinement prises par les gouverneurs de presque tous les États.

Le Brésil a atteint le 3 mai les 101.147 confirmés de Covid-19, qui a fait 7.025 morts dans le pays.

Des chiffres largement sous-évalués

Le nombre de décès pourrait également être largement en-dessous de la réalité. De nombreux spécialistes considèrent que le nombre de cas confirmés officiellement est 15 fois inférieur à la réalité, seuls les patients en état grave étant testés. Dans certains États brésiliens où la situation est la plus critique, comme celui d'Amazonas (nord), le nombre de cas réels pourrait même être 38 fois supérieur au bilan officiel.

Des mesures de confinement difficiles à faire respecter

À lire aussi
Un masque de protection N95 épidémie
Coronavirus : les masques chirurgicaux sont très efficaces, d’après une étude

Dans l'État de Sao Paulo (sud-est), le plus peuplé et le plus touché du pays, le taux de confinement mesuré à partir du signal des téléphones mobiles n'était que de 46 % le 1er mai, au plus bas depuis le début de la quarantaine décrétée par le gouverneur.

Pour Domingos Alves, responsable du Laboratoire de renseignements sur la Santé (LIS) de l'université de Sao Paulo (USP), la situation est d'autant plus préoccupante que "le Brésil est un pays avec des populations très vulnérables, comme les habitants des favelas ou les indigènes. Sans compter une faible adhésion aux mesures de confinement".

Hôpitaux en surchauffe

D'après le quotidien Estado de Sao Paulo, plus de 70 % des lits de soins intensifs sont déjà occupés dans six des 27 Etats du Brésil, avec 96 % dans le Pernambouc (nord-est), 95 % à Rio de Janeiro et 89 % dans l'Amazonas (nord).

À Rio, certains hôpitaux sont bien dotés de lits disponibles munis de respirateurs, mais ils sont vides en raison... du manque de médecins. Des églises et un stade de football ont du être transformés en hôpitaux de campagne.

Appels à protéger les peuples indigènes

Le célèbre photographe brésilien Sebastiao Salgado a lancé le 3 mai une pétition en ligne signée par des stars comme Brad Pitt, Madonna ou Paul McCartney, réclamant des "mesures urgentes" des pouvoirs publics pour protéger les indigènes du coronavirus.

"Les peuples indigènes du Brésil risquent d’être décimés par le Covid-19 si des mesures urgentes ne sont pas prises pour les protéger", peut-on lire dans la pétition, déjà signée par près de 60 000 personnes au 3 mai.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Épidémie Coronavirus Brésil
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants