1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Coronavirus : "à contre-courant", l'Italie s'apprête à rouvrir restaurants et musées

Coronavirus : "à contre-courant", l'Italie s'apprête à rouvrir restaurants et musées

Le gouvernement a placé une bonne partie de l'Italie en zone "jaune", vendredi 29 janvier, ouvrant la voie à une réouverture des restaurants et bars.

Des Italiens devant le palais Madame à Turin le 19 janvier 2021
Des Italiens devant le palais Madame à Turin le 19 janvier 2021
Crédit : FILIPPO MONTEFORTE / AFP
louis
Louis Chahuneau
Journaliste

"L'Italie est à contre-courant". Ce sont les mots de Walter Ricciardi, un expert en santé publique qui conseille le ministère italien de la Santé face à la pandémie de coronavirus. Le pays a annoncé vendredi 29 janvier un assouplissement des restrictions sanitaires dans plusieurs régions. 

Les Pouilles, la Sardaigne, la Sicile, l'Ombrie et la province autonome de Bolzano seront à partir de dimanche 31 janvier au niveau d'alerte d'"orange" (risque moyen), tandis que tout le reste de l'Italie serait au niveau "jaune" (risque modéré). Le passage au niveau "jaune" ouvre la voie à une réouverture des bars et des restaurants ainsi que des musées. Le Vatican a d'ailleurs déclaré qu'il rouvrait ses musées à partir du lundi 1er février sauf pour les week-ends. 


Ces bonnes nouvelles en Italie contrastent avec la situation européenne. En Angleterre, la barre des 100.000 morts a été franchie et le pays est reconfiné depuis plusieurs semaines. En France, l'exécutif hésite depuis plusieurs jours sur l'éventualité d'un reconfinement, mais a pour l'instant choisi de renforcer les contrôles de police et de fermer les grandes surfaces de plus de 20.000 mètres carrés. L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a averti jeudi qu'il était "trop tôt pour assouplir" les restrictions en raison de la circulation "encore très élevée" du virus.

Crise politique et économique

Par ailleurs, l'Italie reste confrontée à une grave crise politique, tandis que la troisième économie de la zone euro est confrontée à une forte récession. Le Premier ministre Giuseppe Conte a démissionné le 26 janvier pour tenter de retrouver une large majorité et faire passer ses réformes. 

À lire aussi

Les Italiens attendent pour l'instant la décision du président Sergio Martarella : renommer Giuseppe Conte, désigner un nouveau chef de gouvernement ou provoquer des élections anticipées.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/