1 min de lecture Afrique

Congo : le Nobel de la paix Denis Mukwege menacé de mort

Denis Mukwege, gynécologue récompensé du prix Nobel de la paix en 2018 pour son action auprès des femmes violées en RDC est dans la ligne de mire de milices après qu"il a dénoncé des massacres de civils dans le Sud-Kivu.

Le gyncéologue congolais Denis Mukwege, ici le 12 mars 2013, dénonce les viols d'enfants et de bébés en RDC.
Le gyncéologue congolais Denis Mukwege, ici le 12 mars 2013, dénonce les viols d'enfants et de bébés en RDC. Crédit : AFP PHOTO / JUNIOR D. KANNAH
benoit
Benoît Collet et AFP

Prix Nobel de la Paix 2018, le Congolais Denis Mukwege aurait été menacé de mort après avoir dénoncé un nouveau massacre de civils en juillet dans sa province orientale du Sud-Kivu, à la frontière du Rwanda. Ce massacre a été attribué à des Congolais tutsis rwandophones (les Banyamulenge), en conflit avec d'autres communautés congolaises.

Célèbre pour sa défense des femmes violées et les soins qu'il leur apporte, le célèbre gynécologue se retrouve au cœur des tensions entre son pays et le Rwanda voisin, en dénonçant l'impunité qui accompagne les tueries incessantes dans l'Est de la République démocratique du Congo (RDC).

Le 3 septembre à Kinshasa, capitale de la RDC, les forces de sécurité ont dispersé un rassemblement de militants demandant aux autorités congolaises l'arrêt des menaces à l'encontre du docteur Denis Mukwege. "Touche pas au Prix Nobel", pouvait-on lire sur une affichette tenue par un manifestant.

Intervention d'Amnesty international

"Ce sont les mêmes qui continuent à tuer en République démocratique du Congo, dans la droite ligne des massacres qui frappent le pays depuis 1996", a dénoncé fin juillet Denis Mukwege, sans autre précision. Le médecin a demandé l'instauration d'une juridiction internationale pour poursuivre les auteurs des massacres commis dans l'Est de la RDC depuis cette époque.

À lire aussi
Un cours dans une salle de classe, au Cameroun (illustration) faits divers
Cameroun : huit enfants tués dans l'attaque d'une école

"Certains actes pourraient même être constitutifs de crimes de génocide, s'ils étaient portés à la connaissance d'un tribunal compétent", a-t-il ajouté, reprenant les conclusions du rapport.

Le 3 septembre, l'ONG de défense des droits de l'Homme Amnesty International a demandé au gouvernement congolais et aux Nations unies de prendre des "mesures urgentes et concrètes" pour assurer la protection du Prix Nobel de la Paix.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Afrique Congo Prix Nobel
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants