2 min de lecture International

Chypre : Erdogan appelle à des pourparlers sur la base de "deux États séparés"

En visite ce dimanche 15 novembre dans la partie nord de Chypre, le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé à des pourparlers sur la base de "deux États séparés" sur cette île divisée depuis 1974.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan à Chypre, le 15 novembre 2020
Le président turc Recep Tayyip Erdogan à Chypre, le 15 novembre 2020 Crédit : TURKISH PRESIDENTIAL PRESS SERVICE / AFP
Photo Quentin Marchal
Quentin Marchal
et AFP

Une visite controversée dans un pays divisé. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé à des pourparlers sur la base de "deux Etats séparés" à Chypre, où il est arrivé pour ce dimanche 15 novembre.

"Il y a deux peuples et deux États séparés à Chypre. Il faut des pourparlers pour une solution sur la base de deux Etats séparés", a affirmé M. Erdogan lors d'un discours dans la partie nord de l'île méditerranéenne, occupée par Ankara.

Il a estimé qu'il n'était plus possible de rétablir "l'association brisée en 1963 et entièrement détruite en 1974" des Chypriotes turcs et grecs, en référence aux dates du début des troubles entre les deux communautés et de l'invasion du tiers nord de l'île par l'armée turque en 1974 après un coup d'État visant à rattacher Chypre à la Grèce.

Pour le chef de l'État turc, les plans pour une réunification de l'île sous la forme d'un État fédéral font désormais partie du passé. "Vous ne pouvez faire sécher le linge d'aujourd'hui avec le soleil d'hier", a-t-il martelé, une expression imagée en référence aux négociations qui ont échoué au fil des décennies à mettre fin à la division de l'île.

Une visite qui suscite de vives réactions

À lire aussi
Turquie
Von Der Leyen sans siège : Beaune dénonce un acte "délibéré" et un "piège" de la Turquie

La visite du chef de l'Etat turc à Chypre-nord, où il entend "pique-niquer" dans la cité fantôme de Varosha, un des symboles de la division de l'île, a suscité de vives réactions chez les Chypriotes turcs et grecs. Elle a été qualifiée par le président chypriote Nicos Anastasiades de "provocation sans précédent" et de politique du "fait accompli" d'Ankara qui "démontre ainsi ne pas respecter le droit international".

Bouclée par l'armée turque pendant des décennies, Varosha a été partiellement rouverte en octobre lors de la campagne "présidentielle" à Chypre-Nord, élection remportée par le protégé d'Ankara, le nationaliste Ersin Tatar, partisan d'une solution à deux États.

L'autoproclamée République turque de Chypre-Nord (RTCN), uniquement reconnue par Ankara, est très dépendante politiquement et économiquement de la Turquie qui y déploie plus de 30.000 soldats.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
International Diplomatie Chypre
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants