1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Chine : pourquoi les barrages accentuent les effets du réchauffement climatique ?
3 min de lecture

Chine : pourquoi les barrages accentuent les effets du réchauffement climatique ?

ÉCLAIRAGE - La Chine se repose historiquement sur des barrages, des digues et des lacs de retenue pour se protéger des crues. Mais, pour les experts, ce système l'expose aussi davantage aux effets du réchauffement climatique.

Photo aérienne prise le 5 juillet 2021 montrant l'eau s'échappant du barrage de Luoyang dans la province chinoise du Henan
Photo aérienne prise le 5 juillet 2021 montrant l'eau s'échappant du barrage de Luoyang dans la province chinoise du Henan
Crédit : STR / AFP
Thomas Pierre
Thomas Pierre
Journaliste

Barrages vieillissants, dérèglement climatique, urbanisation forcenée... La Chine est depuis des siècles victime d'inondations meurtrières, mais nombre de catastrophes sont liées au moins autant aux activités humaines qu'aux intempéries.

Les conséquences sont dramatiques lorsqu'il tombe en trois jours la quantité de pluie reçue normalement en un an. C'est ce qui s'est passé à Zhengzhou (centre), métropole de 10 millions d'habitants endeuillée mardi par des inondations qui ont envahi son métro, prenant au piège des passagers en pleine heure de pointe.

La Chine se repose historiquement sur un système de barrages, de digues et de lacs de retenue pour se protéger des crues, particulièrement de ses deux géants: le Fleuve jaune et le Yangtsé, le plus long fleuve d'Asie. Le niveau du Fleuve jaune, qui passe tout près de Zhengzhou, s'élève chaque année du fait des sédiments qui se déposent dans son lit. 

Les crues, un péril majeur

Résultat, dans son cours inférieur, le fleuve est désormais "suspendu" entre des digues qui s'élèvent jusqu'à 20 mètres au-dessus des terres. Par ailleurs, le parc de barrages vieillit et l'armée a annoncé mardi qu'une structure menaçait de s'effondrer à tout instant sur le cours d'une rivière du Henan, la province dont Zhengzhou est la capitale. L'installation a été dynamitée mercredi pour laisser l'eau s'écouler de façon contrôlée.

À lire aussi

Mais cette brèche de 20 mètres dans le barrage de Yihetan, à Luoyang, le montre : les crues sont le premier risque pour la sécurité des barrages mondiaux, ainsi exposés aux impacts du dérèglement climatique, explique à l'AFP Michel de Vivo, secrétaire général de la Commission internationale des grands barrages (CIGB).

"L'eau, bien plus qu'un séisme, est le risque majeur", explique-t-il. "Dès que l'eau passe sur la face non immergée du barrage, elle s'infiltre et crée des dommages à la base de l'ouvrage, qui peut finir par être emporté". "Le risque concerne surtout les barrages en terre", ajoute-t-il, "c'est-à-dire la majorité des barrages dans le monde. Par exemple le barrage égyptien d'Assouan". 

En Chine, celui qui est au cœur de toutes les craintes, c'est le Barrage des Trois gorges du Yangtsé, le plus grand du monde. Un ouvrage qui retient un gigantesque réservoir de 600 km de long, dans un secteur parcouru de failles géologiques.

Photo aérienne prise le 23 août 2020 montrant lle barrage des Trois Gorges, gigantesque projet hydroélectrique sur le fleuve Yangtze, à Yichang, dans la province du Hubei (centre de la Chine).
Photo aérienne prise le 23 août 2020 montrant lle barrage des Trois Gorges, gigantesque projet hydroélectrique sur le fleuve Yangtze, à Yichang, dans la province du Hubei (centre de la Chine).
Crédit : STR / AFP

Quel impact du réchauffement climatique ?

En quoi le changement climatique accentuent alors cette vulnérabilité des barrages ? Le réchauffement planétaire rend l'atmosphère plus humide et accroît donc les précipitations.  L'an dernier, 53 cours d'eau ont connu des crues estivales record, notamment le Yangtsé, qui a vu passer un débit inédit au niveau du Barrage des Trois gorges depuis sa mise en service en 2003. 

Les inondations "sont un signal d'alarme pour la Chine, à savoir que le changement climatique est bel et bien là", observe le climatologue Li Shuo, de Greenpeace. "Le risque essentiel est lié aux difficultés de prévision des crues", assure de son côté Michel de Vivo. "Les barrages sont conçus pour résister à des crues centennales, majeures. Mais le changement climatique change la donne. Il n'y aura pas forcément plus d'eau, mais une plus grande variabilité ; des périodes de sécheresse prolongée, suivies de crues plus intenses."

"Pour chaque barrage il faudra revoir les prévisions locales, si elles sont disponibles, et éventuellement renforcer, et adopter des règles de gestion différentes", préconise encore le secrétaire général de la Commission internationale des grands barrages (CIGB). "Nous constatons que le souci de sécurité doit être renforcé, notamment dans les pays en développement".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/