2 min de lecture Mali

Burkina : 14 civils, dont des collégiens, tués dans une attaque

14 personnes, essentiellement des collégiens rentrant de vacances de Noël, ont perdu la vie au nord du Mali dans une attaque qui n'a pas encore été revendiquée ce samedi 4 janvier.

Opération Barkhane au Mali
Opération Barkhane au Mali Crédit : PASCAL GUYOT / AFP
IMG_0047
Nicolas Scheffer et AFP

Quatorze civils, essentiellement des collégiens, ont été tués ce samedi 4 janvier dans une attaque dans le nord du Burkina Faso, onze jours après la tuerie d'Arbinda, qui avait plongé le pays dans le deuil à Noël.

Un car transportant principalement des collégiens rentrant de leurs vacances de Noël a sauté sur un engin explosif, vers 9 heures locales, près de la frontière malienne. Le bilan provisoire est de 14 morts et quatre blessés graves qui ont été pris en charge. L'attaque n'a pas encore été revendiquée.

Cette nouvelle tuerie de civils survient onze jours après le massacre d'Arbinda, la veille de Noël. 35 civils, dont 31 femmes, avaient été tués, ainsi que sept militaires, lors de l'attaque de la base militaire puis de la ville.

750 morts, 560.000 déplacés depuis 5 ans

Les Burkinabé avaient suivi 48 heures de deuil national en hommage aux victimes de cette attaque, la pire qu'a connue le pays depuis le début des violences djihadistes, il y a cinq ans. Depuis, environ 750 morts et 560.000 personnes ont été déplacées dans la région.

À lire aussi
Des soldats français de l'opération Barkhane au Mali, le 2 janvier 2015. intervention française au Mali
Mali : plus de 30 jihadistes "mis hors de combat" par l’état-major français

Une autre attaque a eu lieu contre une gendarmerie à Inata, le 3 janvier vers 5 heures, le matin. "Une dizaine de terroristes ont été neutralisés", a indiqué l'état-major.

Dans une adresse à la nation pour le Nouvel an, le président burkinabé, Roch Marc Christian Kaboré a assuré que la "victoire" sur le "terrorisme" était "certaine". Mais les forces de l'ordre de ce pays pauvre d'Afrique de l'Ouest n'arrivent pas à enrayer la spirale de violences, notamment en raison d'un entraînement insuffisant et d'un manque de matériel.

La présence de soldats français critiqués

Les attaques de la région sont rarement revendiquées mais sont attribuées à un groupe affilié à Al-Qaïda et d'autres groupes de Daesh. Elles sont de plus en plus fréquentes et meurtrières, malgré la présence de forces françaises (4.500 soldats de l'opération Barkhane), de l'ONU ainsi que de forces américaines. 

Emmanuel Macron a jugée ambiguë l'attitude des présidents burkinabé et malien au sujet de la présence des soldats français, critiquée par une partie de l'opinion publique de ces pays.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Mali Intervention française au Mali Opération Barkhane
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants