1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Brésil : Jair Bolsonaro, hospitalisé pour une crise de hoquet, est rentré chez lui
2 min de lecture

Brésil : Jair Bolsonaro, hospitalisé pour une crise de hoquet, est rentré chez lui

Après plusieurs jours d'hospitalisation pour des douleurs au ventre et un hoquet persistant, Jair Bolsonaro, le président du Brésil, a pu retrouver son domicile, dimanche 18 juillet.

Le président brésilien Jair Bolsonaro a remis en question les effets secondaires des vaccins, notamment celui du laboratoire Pfizer lors de la cérémonie d'inauguration de son nouveau ministre du Tourisme Gilson Machado au Palais Planalto à Brasilia.
Le président brésilien Jair Bolsonaro a remis en question les effets secondaires des vaccins, notamment celui du laboratoire Pfizer lors de la cérémonie d'inauguration de son nouveau ministre du Tourisme Gilson Machado au Palais Planalto à Brasilia.
Crédit : EVARISTO SA / AFP
Julien Vattaire & AFP

Jair Bolsonaro va mieux. Dimanche 18 juillet, le président brésilien est sorti de l'hôpital privé Vila Nova Star de Sao Paulo où il avait été transféré d'urgence après son admission à l’hôpital des Forces armées à Brasilia dans la nuit de mardi à mercredi.

Il y était hospitalisé en raison de violentes douleurs abdominales et d’une crise de hoquet persistant depuis plus de dix jours, à la suite notamment d'une opération pour la pose d'un implant dentaire.

Durant ces quatre jours d'hospitalisation, le président d'extrême droite âgé de 66 ans avait été placé dans une unité de soins intensifs et intubé par précaution. Officiellement, il a été soigné d'un cas de "sub-occlusion intestinale". "Il continuera à être suivi en ambulatoire par une équipe médicale", a également indiqué le dernier bulletin de santé de l’hôpital.

Mon estomac semblait en feu

Jair Bolsonaro

Au moment de sa sortie, Jair Bolsonaro a donné davantage d'explications sur son séjour à l'hôpital : "J'ai dû me soumettre à un régime, j'ai fait ce qu'il fallait. Je voulais partir dès le premier jour, mais ils ne m'ont pas laissé". "Mon estomac semblait en feu. La raison en était une obstruction intestinale, parce que les adhérences sont une chose commune pour quelqu'un qui a subi comme moi une opération chirurgicale, après l'attaque au couteau", a-t-il ajouté. 

Avec ces propos, le président brésilien a fait référence à la tentative d'assassinat dont il a été victime, en 2018, lors de la campagne pour l'élection présidentielle. Lors de sa sortie à pied de l'hôpital privé Vila Nova Star, Jair Bolsonaro a également esquissé un souhait plus particulier : "J'espère que d'ici quelques jours je pourrai manger une entrecôte." 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/