2 min de lecture Liban

Beyrouth : "C'est une course contre la montre", affirme le porte-parole de la sécurité civile

INVITÉ RTL - 3 avions et 25 tonnes de matériel militaire ont été envoyés par la France au Liban, après l'explosion dramatique qui a frappé la capitale Beyrouth ce mardi 4 août. Le lieutenant colonel Michaël Bernier, porte-parole de la sécurité civile, détaille le dispositif que vont mettre en place les équipes françaises.

Thomas Sotto L'invité de RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Beyrouth : "C'est une course contre la montre", affirme le porte-parole de la sécurité civile Crédit Image : STR / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
BEGOT 245300
Amandine Bégot édité par Valentin Deleforterie

Une délégation composée de 55 militaires et 9 marins-pompiers de Marseille a été envoyée ce mercredi 5 août à Beyrouth. Les équipes vont partir à la recherche et au secours de victimes potentiellement ensevelies sous les décombres. "C'est une vraie course contre la montre qui est engagée pour pouvoir les dégager et les emmener, le cas échéant, vers les structures hospitalières adéquates", affirme Michaël Bernier. 

Le travail s'apparentera aux missions de secourisme effectuées lors de tremblements de terre, avec quelques complications supplémentaires. Le choc lié à l'explosion "a pu provoquer des dégâts pulmonaires, des dégâts au niveau des oreilles ou des blessures par projection d'objets", explique le lieutenant colonel. 

Autre difficulté de l'opération : la capacité à se faire repérer par les victimes. "Même si on tape et on les appelle, ce n'est pas sûr qu'ils nous entendent et qu'ils puissent nous répondre", énonce le porte-parole, qui précise que des chiens ont également été dépêchés pour aider les secours dans leur repérage. 

Des spécialistes également engagés

La présence potentielle d'agents chimiques est un autre facteur à prendre en compte. Des spécialistes du "risque technologique" sont donc engagés dans la mission. "Ils vont évaluer très rapidement les risques à chaque fois qu'on va intervenir, et ils pourront alerter les autorités locales qui n'auraient pas connaissance de tel ou tel produit", indique Michaël Bernier.

À lire aussi
Un important incendie a eu lieu au port de Beyrouth, jeudi 10 septembre incendie
Liban : l'incendie de Beyrouth pourrait être dû à un "sabotage" ou un accident

Malgré la difficulté de la tâche qui attend les secouristes, le lieutenant-colonel se veut optimiste. "Il est encore temps, des gens peuvent se retrouver dans des postes de survie. Une dalle qui ne s'est pas effondrée, un meuble qui a protégé une personne [...] Vous avez aussi des personnes qui pour certaines d'entre elles, ont de l'eau à proximité qui leur permet de s'hydrater", développe-t-il. 

Un matériel de pointe

25 tonnes de matériel sanitaire et militaire accompagnent la délégation française. Des outils parfois très spécifiques, comme "des matériels de levage, des matériels d'écoute très fins pour pouvoir retrouver les victimes et aller les secourir [...] On a aussi des drones pour faire des reconnaissances aériennes, qui peuvent être importantes, y compris dans un bâtiment qui menace de s'effondrer et où vous pouvez rentrer sans risque", explique le porte-parole. 

Dès l'arrivée du détachement, des missions et des lieux de travail précis vont être confiés par les autorités libanaises. "Cette nuit, je pense que nos équipes seront engagées sur le terrain pendant qu'une autre partie constituera une base de vie [...] pour pouvoir dormir et se reposer", conclut Michaël Bernier.

Lire la suite
Liban Explosion Drame
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants