2 min de lecture Liban

Explosions à Beyrouth : comment s'organise l’aide française au Liban

ÉCLAIRAGE - Trois avions militaires français doivent partir pour Beyrouth, avec des secouristes à leur bord et plusieurs tonnes de matériel.

Un soldat libanais devant le lieu de l'explosion
Un soldat libanais devant le lieu de l'explosion Crédit : STR / AFP
Coline Daclin et AFP

Après deux explosions meurtrières à Beyrouth, la France va apporter son aide. La capitale du Liban doit en effet faire face à une situation dramatique, avec des rues et des immeubles entiers détruits, mais surtout un bilan de 100 morts et plus de 4.000 blessés, selon un état des lieux provisoire de la Croix Rouge.

Emmanuel Macron a annoncé dans la nuit de mardi à mercredi sur Twitter que la France enverrait un détachement de la sécurité civile et "plusieurs tonnes de matériel sanitaire" à Beyrouth. En pratique, trois avions doivent partir dès ce mercredi, a déclaré Jean-Yves Le Drian, le ministre des Affaires Étrangères, sur LCI. Parmi ces avions, deux avions militaires : un A400M Atlas et un A330 Phénix partent de Paris, a annoncé la ministre des Armées Florence Parly. Un autre avion part de Marseille avec des intervenants médicaux.

À bord des avions, au moins 55 militaires de l'Unité de sécurité civile n.1 de Nogent-le-Rotrou. Ce sont des "spécialistes du sauvetage et du déblaiement" et des experts "de la reconnaissance des risques technologiques", explique la Sécurité civile. Ils ont prévu pas moins de 15 tonnes de matériel. Le détachement de la Sécurité civile était déjà à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle ce matin à 10 heures, prêts pour le décollage.

Les avions doivent aussi embarquer "un poste sanitaire mobile incluant 6 tonnes de matériel et permettant la prise en charge de 500 blessés", assure l'Élysée à l'AFP. En tout, Jean-Yves Le Drian promet pas moins de 25 tonnes de matériel.

"Le Liban, c’est un peu la famille de la France"

À lire aussi
Une forte explosion a retenti à Beyrouth (Liban), le mardi 4 août 2020. Explosions à Beyrouth
Beyrouth : quatre morts après un incendie et une explosion dans un entrepôt de carburant

Les marins-pompiers de Marseille ont aussi dépêché du matériel d'urgence ainsi qu'une équipe médicale de neuf personnes (quatre médecins urgentistes, trois infirmiers et deux marins-pompiers) pour Beyrouth, a indiqué leur service de communication. Ils ont embarqué à bord d'un avion privé mis à disposition par le PDG de la CMA-CGM (la Compagnie maritime d'affrètement - Compagnie générale maritime, un des leaders mondiaux du transport maritime).

"Des éléments français de la Finul [la mission de l'ONU au Liban, NDLR] sont déjà intervenus" mardi soir et la France travaille encore à "identifier les besoins supplémentaires", a précisé le palais présidentiel.

"C’est une catastrophe absolue qui a lieu dans un pays frère, le Liban c’est un peu la famille de la France", a déclaré Jean-Yves le Drian sur LCI. "C’est dans les épreuves que les amis sont là, et nous sommes là [...] Il faudra prendre d’autres initiatives", a-t-il poursuivi. "Pour l'instant, l'heure est à faire en sorte que la solidarité internationale soit au rendez-vous", a relevé le ministre, en pointant la destruction du port ainsi qu'une "nécessité alimentaire indispensable puisque les silos de blé ont eux-même explosé". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Liban Explosion France
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants