1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Bande de Gaza : l'immeuble d'Al-Jazeera et AP pulvérisé par une frappe israélienne
2 min de lecture

Bande de Gaza : l'immeuble d'Al-Jazeera et AP pulvérisé par une frappe israélienne

L'armée israélienne a frappé l'immeuble de 13 étages après avoir prévenu le propriétaire de la tour, mais pour une raison encore inconnue. Le bombardement n'a pas fait de victime.

L'immeuble abritant les médias Al-Jazeera et Associated Press a été bombardé par l'armée israélienne, samedi 15 mai à Gaza.
L'immeuble abritant les médias Al-Jazeera et Associated Press a été bombardé par l'armée israélienne, samedi 15 mai à Gaza.
Crédit : ALI JADALLAH / ANADOLU AGENCY / ANADOLU AGENCY VIA AFP
louis
Louis Chahuneau
Journaliste

C'est un bombardement pour l'instant incompréhensible. L'armée israélienne a frappé l'immeuble abritant les locaux de la chaîne de télévision qatarie et de l'agence de presse américaine Associated Press, samedi 15 mai, dans le bande de Gaza. L'immeuble s'est effondré, sans faire a priori de victime.

Selon des journalistes de l'agence, l'armée israélienne avait prévenu le propriétaire de la tour qu'un bombardement allait être effectué, comme elle a l'habitude de le faire avant d'attaquer. Mais la décision de bombarder ce bâtiment de 13 étages reste pour l'instant inexplicable.


"Des bombes pourraient tomber sur notre bureau. Nous avons couru les escaliers depuis le 11e étage et regardons maintenant le bâtiment de loin, priant pour que l'armée finisse par se rétracter" avait tweeté peu de temps avant le raid Fares Akram, correspondant pour AP à Gaza.

"Choquée et horrifiée"

L'agence de presse américaine AP s'est dite "choquée et horrifiée" par le bombardement. "C'est un développement incroyablement inquiétant. Nous avons évité de justesse de terribles pertes humaines", a dit dans un communiqué le patron de l'agence, Gary Pruitt. 

À lire aussi

"Le monde sera moins informé sur ce qui se passe à Gaza à cause de ce qui s'est passé aujourd'hui", a-t-il ajouté. Al-Jazeera a elle dénoncé un "crime" et une tentative de "réduire les médias au silence" par l'armée israélienne.

Aux États-Unis, la Maison Blanche a également réagi : "Nous avons dit directement aux Israéliens que garantir la sécurité des journalistes et des médias indépendants était une responsabilité d'une importance capitale", a tweeté Jen Psaki, la porte-parole de l'exécutif américain.

Déjà 139 morts et des milliers de blessés

Le conflit armé qui oppose Israël et les groupes armés de la Bande de Gaza, le Hamas et le Jihad islamique, depuis le début de la semaine a déjà fait au moins 139 morts dont 39 enfants, et 1.000 blessés côté palestinien. 

Côté israélien, les 2.300 roquettes tirées par le Hamas et le Jihad islamique ont fait 9 morts, dont un soldat et un enfant, et 560 blessés. Le système de défense anti-aérien, dôme de fer, aurait permis d'empêcher "plus de la moitié" des roquettes palestiniennes d'atteindre leur cible, selon le commandement de Tsahal. 

Ce samedi, plusieurs manifestations de soutien à la Palestine ont été organisées en France, notamment à Paris (non-autorisée), Lyon, Strasbourg et Marseille. Le Conseil de sécurité de l'ONU doit tenir une réunion virtuelle dimanche 16 mai avec des représentants israéliens et palestiniens pour tenter de trouver une sortie de crise.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/