1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Conflit israélo-palestinien : pourquoi ce nouvel embrasement intervient-il maintenant ?
1 min de lecture

Conflit israélo-palestinien : pourquoi ce nouvel embrasement intervient-il maintenant ?

ÉCLAIRAGE - Pour le spécialiste en géopolitique Frédéric Encel, "il n'y a pas de processus de paix, et cela depuis très longtemps", entre Israéliens et Palestiniens.

Un incendie faisant rage au lever du soleil à Khan Yunish à la suite d'une frappe aérienne israélienne, dans le sud de la bande de Gaza, le 12 mai 2021.
Un incendie faisant rage au lever du soleil à Khan Yunish à la suite d'une frappe aérienne israélienne, dans le sud de la bande de Gaza, le 12 mai 2021.
Crédit : YOUSSEF MASSOUD / AFP
Conflit israélo-palestinien : pourquoi ce nouvel embrasement intervient maintenant
08:17
Conflit israélo-palestinien : pourquoi ce nouvel embrasement intervient maintenant
08:17
Jérôme Florin & Thomas Pierre

Nouvelle pluie de roquettes mardi soir sur Tel-Aviv, déluge de feu de l'armée israélienne sur Gaza, cinq morts côté israélien, au moins 35 côté palestinien. Où s'arrêtera cette escalade dans le conflit israélo-palestinien ? Pourquoi ce nouvel embrasement? Et pourquoi maintenant ? 

Pour Frédéric Encel, invité de RTL ce mercredi, ces nouvelles violences en Israël et à Gaza sont dues à un "vide politique" et à un "vide diplomatique". "Il n'y a pas de processus de paix, et cela depuis très longtemps", estime le spécialiste en géopolitique. "La dernière véritable tentative a été signée de Barack Obama, mais ça remonte à 2013 et ça a été un échec", rappelle-t-il. 

"Au-delà, il faut remonter à 2007, et en réalité aux accords d'Oslo qui sont finalement morts en 2000". Pour l'expert en relations internationales, "le vide politique et diplomatique s'accompagne aujourd'hui d'un vide institutionnel au sein même, ou à la tête même, des deux protagonistes". 

Un "vide politique et diplomatique"

Du côté israélien, "depuis deux ans, il n'y a pas de coalition au pouvoir. (...) On a assisté à quatre élections quasiment pour rien", dit Frédéric Encel. Et du côté palestinien, "le président Mahmoud Abbas, il y a quelques semaines de cela, a littéralement interrompu le premier processus électoral qui aurait eu lieu depuis 15 ans. Autrement dit, on est dans une situation extrêmement délétère", assure-t-il. 

À lire aussi

Pas "d'impulsion diplomatique forte" non plus venant de la communauté internationale, notamment des États-Unis. "D'habitude, ça vient de Washington. Là, manifestement, Joe Biden, même s'il est autrement moins inconséquent que son prédécesseur (ndlr : Donald Trump), n'a pas fait du conflit israélo-palestinien sa priorité. Et d'ailleurs, je vous dirais que le monde arabe non plus". Pour le spécialiste en géopolitique, ce dernier "est focalisé sur l'Iran et certainement pas sur Israël". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/