1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Au Japon, les salariés aspirent à travailler moins
2 min de lecture

Au Japon, les salariés aspirent à travailler moins

Depuis l'an dernier, le gouvernement japonais encourage les entreprises nippones à inciter leurs salariés à passer plus de temps en famille et moins de temps au bureau. Une révolution culturelle au Japon.

Des employés japonais dans le quartier de Shibuya, à Tokyo.
Des employés japonais dans le quartier de Shibuya, à Tokyo.
Crédit : CHARLY TRIBALLEAU / AFP
Au Japon, les salariés aspirent à travailler moins
00:02:26
Philippe Dova

Au Japon, le gouvernement encourage les entreprises à inciter les salariés à passer plus de temps en famille et moins de temps au bureau. Plusieurs grands groupes, comme Hitachi, Panasonic, ont officiellement répondu à l'appel et vont proposer à leurs salariés d'avoir la possibilité, à titre expérimental et sans donner trop de détails pour l'instant, de travailler quatre jours au lieu de cinq par semaine. 

Quatre jours de travail par semaine, c'est une véritable révolution culturelle pour les entreprises nippones. Est-ce la version des 35h au pays du soleil levant ? Pour l'instant, c'est plutôt une tendance. Il n'est pas question d'heures mais de jours de travail. Mais c'est déjà révolutionnaire de parler flexibilité dans un pays où quitter son bureau avant son supérieur hiérarchique est considéré comme un acte d'hostilité envers l'entreprise. 

Seulement voilà, obligés de rester chez eux lors du confinement, les Japonais ont découvert qu'avec le télétravail, la qualité de vie existait en dehors du bureau et ils y ont très vite pris goût. "Beaucoup d'entreprises ont du mal à faire revenir leur staff au travail", explique Laurent Jacquemin, responsable Asie-Pacifique d'AXA real assets. "Je pense que la semaine de quatre jours va devenir une réalité. S'il y a un succès dans certaines grandes entreprises japonaises, certaines personnes de mes équipes évoqueront le sujet".

"Je ne suis plus stressé du tout"

Au sein de ces équipes, le sujet laisse Yoshihiko Hayafuji, responsable Japon dans la même entreprise, plutôt dubitatif. "Si le salaire est le même pour quatre jours de travail que pour cinq, je serais très heureux", dit-il. "Mais ça ne marchera pas comme ça et cette politique ne marchera pas pour les PME". "Je ne vois pas vraiment un intérêt pour ce fameux quatrième jour de travail", estime de son côté Tomoki Hisadome, jeune collaborateur chez Axa real assets. "Je serais très intéressé de voir comment ça va fonctionner".

À lire aussi

Ça fonctionne déjà, notamment pour les femmes. Après la naissance de son fils, Sanae Hasegawa a démissionné de son entreprise pour rejoindre une PME de services et ne travailler que quatre jours. "J'ai réalisé que je travaillais très dur et que mon salaire n'était pas au niveau de mes sacrifices", dit-elle. "J'ai trouvé un autre job de quatre jours par semaine et même si le salaire est moins bon qu'auparavant, je ne suis plus stressé du tout. Je suis une femme et une maman heureuse". 

Pas sûr que bonheur et harmonie au travail prennent le pas à court terme sur les salaires. Même si pour les jeunes diplômés japonais, flexibilité et avantages sont de plus en plus déterminants dans le choix de leur entreprise.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.