1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Procès de Nicolas Zepeda : 3 questions pour comprendre l'affaire Narumi
3 min de lecture

Procès de Nicolas Zepeda : 3 questions pour comprendre l'affaire Narumi

Ce mardi s'ouvre le procès du Chilien Nicolas Zepeda accusé du meurtre de son ex-petite amie japonaise Narumi Kurosaki, disparue à Besançon en 2016.

Nicolas Zepeda-Contreras, ex-petit ami de Narumi Kurosaki, à Santiago en 2017.
Nicolas Zepeda-Contreras, ex-petit ami de Narumi Kurosaki, à Santiago en 2017.
Crédit : Pablo VERA / AFP
William Vuillez & AFP

C'est le procès d'une affaire hors norme qui s'ouvre ce mardi. Le Chilien Nicolas Zepeda répondra devant la cour d'assises du Doubs de l'assassinat qu'il a toujours nié de son ex-petite amie japonaise Narumi Kurosaki, disparue depuis décembre 2016. Étudiante boursière brillante, arrivée à Besançon à l'été 2016 pour apprendre le français, Narumi Kurosaki, 21 ans à l'époque, a disparu depuis le 4 décembre 2016. 

Son ex-petit ami, Nicolas Zepeda, avec qui elle avait rompu l'automne précédent, est le dernier à l'avoir vue vivante. "Ses parents savent, au bout de cinq ans, que leur fille n'a pu ni disparaître ni se donner la mort. Ils n'ont aucun doute que monsieur Zepeda l'a tuée", affirme Me Sylvie Galley, avocate de la famille de Narumi.

Selon l'accusation, le jeune Chilien qui ne supportait pas la rupture serait venu la retrouver à Besançon et l'aurait tuée dans sa chambre universitaire, avant de se débarrasser du cadavre dans les vastes forêts du Jura.

Que s'est-il passé ?

Dans la nuit du 4 au 5 décembre 2016, un cri résonne dans la résidence étudiante Théodore Rousseau de Besançon. Plusieurs témoins entendent des "hurlements de terreur" et un bruit sourd "comme si on frappait". Toutefois, personne n'appelle la police. Narumi Kurosaki, 21 ans, n'a plus été vue depuis cette nuit là.

À lire aussi

Le 13 décembre 2016, le responsable de la direction des relations internationales de Franche-Comté se rend au commissariat de Besançon pour signaler sa disparition. Le 15 décembre, les policiers perquisitionnent la chambre de Narumi à la cité Universitaire. Le logement est vide, aucun désordre, aucun signe de lutte, ni de trace de sang.

Le manteau de Narumi est là, tout comme son portefeuille, ses cartes bancaires, son ordinateur portable. Une information judiciaire est ouverte le lendemain pour enlèvement et séquestration. Après plusieurs interrogatoires, la police fait le lien avec son ex-petit ami, Nicolas Zepeda, un étudiant chilien rencontré au Japon, avec qui elle a diné le 4 décembre. Le 23 décembre, un mandat d'arrêt pour assassinat est délivré contre Zepeda, dernière personne à avoir vu vivante Narumi.

Qui est Nicolas Zepeda ?

Problème, le jeune homme est reparti vivre au Chili, hors d'atteinte de la justice française et refuse de s'exprimer sur les faits qui lui sont reprochés. Il a finalement été extradé vers la France en juillet 2020 et a été mis en examen pour assassinat. Nicolas Zepeda a reconnu avoir passé cette dernière nuit de décembre avec Narumi, retrouvée, selon lui, par hasard lors d'un passage en France, mais il a toujours nié catégoriquement toute responsabilité dans sa disparition.
Âgé aujourd'hui de 31 ans, Nicolas Zepeda-Contreras est en détention provisoire à Besançon depuis juillet 2020, après son extradition par le Chili. Issu d'une riche famille chilienne, Nicolas Zepeda est le fils d'un des hauts dirigeants de Movistar, l'opérateur de téléphonie mobile. En 2014, il part au Japon pour ses études. C'est là qu'il rencontre Narumi Kurosaki avec qui il va avoir une relation amoureuse début 2015. Leur relation s'est arrêtée en octobre 2016. 

Pourquoi est-ce une affaire hors norme ?

Le procès qui s'ouvre ce mardi s'annonce hors norme pour plusieurs raisons. Il sera "inédit en France en termes d'organisation, de contraintes techniques et de pays concernés", selon le procureur de Besançon Étienne Manteaux. En effet, trois pays sont impliqués : la France, le Japon et le Chili et la traduction sera un enjeu fort de l'audience. Trois interprètes viendront donc spécialement du Chili et trois autres traduiront en japonais.

Outre ces moyens techniques, il reste de nombreuses zones d'ombres sur ce dossier, que l'audience devra élucider. Comme expliqué précédemment, aucune trace de sang ni de lutte n'a été constatée dans la chambre de l'étudiante et ses effets personnels étaient tous présents, sauf une valise et une couverture. Nicolas Zepeda s'est présenté spontanément à la police chilienne, expliquant avoir quitté Narumi vivante après une nuit passée ensemble.

Mais ses agissements, comme un détour par une forêt ou l'achat d'allumettes et d'un bidon de produit inflammable, en font rapidement le principal suspect. Selon son avocate, Me Jacqueline Laffont, connue pour avoir été l'avocate de Patrick Poivre d'Arvor ou de Nicolas Sarkozy, le jeune homme "arrive presque soulagé de pouvoir enfin s'expliquer, d'être enfin entendu, il arrive déterminé". Rappelons qu'à ce jour, le corps de Narumi Kurosaki n'a toujours pas été retrouvé. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/