1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Allemagne : l'empoisonnement de l'opposant russe Navalny jugé "assez probable"
1 min de lecture

Allemagne : l'empoisonnement de l'opposant russe Navalny jugé "assez probable"

Le principal opposant à Vladimir Poutine en Russie a été hospitalisé jeudi 20 août à la suite d'un malaise dans un avion. Ses proches dénoncent un empoisonnement intentionnel.

Alexeï Navalny lors de son procès en appel, le 16 octobre 2013
Alexeï Navalny lors de son procès en appel, le 16 octobre 2013
Crédit : AFP / VASILY MAXIMOV
Louis Chahuneau & AFP

Le très réputé hôpital de la Charité, à Berlin, est devenu l'objet de toutes les attentions depuis que le premier opposant politique russe Alexeï Navalny y a été hospitalisé et placé dans le coma, samedi 22 août. Le gouvernement allemand juge "assez probable" qu'il ait été victime d'un empoisonnement, a déclaré ce lundi 24 août son porte-parole.

"Il s'agit d'un patient qui de manière assez probable a été victime d'une attaque au poison", a déclaré à la presse Steffen Seibert, en justifiant dans ces circonstances la protection policière offerte à l'hôpital de Berlin à Alexeï Navalny.

"Le soupçon ne porte pas sur le fait que M. Navalny se soit empoisonné lui-même mais que quelqu'un a empoisonné M. Navalny et le gouvernement allemand prend ce soupçon très au sérieux", a fait valoir le porte-parole du gouvernement allemand.

L'hôpital de Berlin a confirmé qu'Alexeï Navalny présente des "traces d'empoisonnement". "L'issue de la maladie reste incertaine" et des séquelles à long terme, "en particulier dans le domaine du système nerveux, ne peuvent être exclues à ce stade", ajoute dans un communiqué l'hôpital, un des plus réputés au monde. 

"Empoisonnement intentionnel"

À lire aussi

Principal opposant au Kremlin, dont les publications dénonçant la corruption des élites russes sont abondamment partagées sur les réseaux sociaux, Alexeï Navalny, 44 ans, a été hospitalisé jeudi à Omsk, dans le coma, placé en réanimation et relié à un respirateur artificiel, après avoir fait un malaise dans un avion. Ses proches assurent qu'il s'agit d'un "empoisonnement intentionnel".

L'hôpital de la Charité à Berlin n'en est pas à son coup d'essai. En 2018, l'établissement avait déjà soigné avec succès un autre opposant russe présentant des signes d'empoisonnement, Piotr Verzilov, membre du groupe de punk-rock Pussy Riot.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/