2 min de lecture Russie

Empoisonnement : Navalny accuse Poutine et promet de rentrer en Russie

Dans une interview au "Der Spiegel", Alexeï Navalny accuse Vladimir Poutine d'avoir commandité son empoisonnement et promet de retourner dans son pays pour poursuivre son combat.

Christelle Rebiere RTL Midi Christelle Rebière iTunes RSS
>
Allemagne : Navalny accuse Poutine et promet de rentrer en Russie Crédit Image : AFP / VASILY MAXIMOV | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Blandine Milcent édité par Thomas Pierre

On ne peut pas être plus clair. "J'affirme que Poutine est derrière cet acte, je ne vois pas d'autres explications", a déclaré Alexeï Navalny à l'hebdomadaire allemand Der Spiegel, qui a publié jeudi 1er octobre un long entretien avec l'opposant, son premier depuis sa sortie de l'hôpital berlinois où il a passé deux semaines. 

Plus d'un mois après son empoisonnement, Alexeï Navalny dit avoir retrouvé ses facultés mentales, mais il lui faut encore ses deux mains, pour se verser un verre d'eau, notent les journalistes qui l'ont rencontré. Il a perdu 12 kilos, il est nerveux, ne peut plus s'endormir sans somnifères. 

Navalny revient sur ce qui s'est passé dans l'avion le ramenant à Moscou, le 20 août dernier, cette demi-heure, où il sent qu'il va partir : "J'ai des sueurs froides. Je demande un mouchoir à Kira (sa conseillère, ndlr) à côté de moi. Puis je lui dis : 'Parle-moi. J'ai besoin d'entendre une voix, quelque chose ne va pas chez moi'. Elle me regarde comme si j'étais fou et se met à parler".

"Je quitte les toilettes, me tourne vers le steward - et au lieu de demander de l'aide, je dis à ma propre surprise : 'J'ai été empoisonné. Je suis en train de mourir'. Et puis je me couche par terre devant lui pour mourir", raconte-t-il encore.

Un retour en Russie pour bientôt ?

À lire aussi
Michael Flynn, conseiller à la sécurité nationale États-Unis
États-Unis : Trump gracie son ex-conseiller Michael Flynn

Aujourd'hui, il affirme qu'il a bien l'intention de retourner un jour en Russie. "Mon devoir est à présent de rester comme je suis, quelqu'un qui n'a pas peur. Et je n'ai pas peur !", prévient-il. "Je ne ferai pas le cadeau à Poutine de ne pas retourner en Russie", a-t-il déclaré. 

À Moscou, la réaction ne s'est pas faite attendre : "Navalny est un agent occidental", déclare le président de la Douma, la chambre basse du parlement russe. 'Un agent occidental" à qui Vladimir Poutine aurait "sauvé" la vie, en l'autorisant à aller se faire soigner en Allemagne. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Russie Empoisonnement Allemagne
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants