1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Algérie : le pays retire son accréditation à la chaîne d'informations France 24
1 min de lecture

Algérie : le pays retire son accréditation à la chaîne d'informations France 24

L'Algérie a annoncé dimanche 13 juin retirer son accréditation à la chaîne d'informations France 24 en raison de son "hostilité manifeste et répétée".

Le drapeau algérien. (Illustration)
Le drapeau algérien. (Illustration)
Crédit : RYAD KRAMDI / AFP
Camille Guesdon
Camille Guesdon
Journaliste

L'Algérie a décidé de retirer son accréditation à France 24 dimanche 13 juin. Selon le ministère de la Communication, cette décision a été prise en raison de son "hostilité manifeste et répétée", après avoir mis en garde la chaîne d'informations en mars pour sa couverture du Hirak, le mouvement populaire de contestation du régime.

Selon Ammar Belhimer, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, le retrait de l'accréditation de France 24 est aussi motivé par "le non respect des règles de la déontologie professionnelle, la désinformation et la manipulation ainsi qu'une agressivité avérée à l'égard de l'Algérie". Cette décision survient au lendemain d'élections législatives anticipées marquées par un fort taux d'abstentation.

Notre couverture de l'actualité algérienne se fait dans la transparence, l'indépendance et l'honnêteté.

France 24

La chaîne d'informations, qui a encore couvert samedi 12 juin les législatives en direct d'Alger, a réagi en soirée en se disant étonnée "de ne pas avoir reçu d'explication" sur ce retrait des accréditions de ses correspondants. Dans un message lu à l'antenne, France 24. déclaré que "notre couverture de l'actualité algérienne se fait dans la transparence, l'indépendance et l'honnêteté". Interrogé par l'AFP, le ministère français des Affaires étrangères s'est refusé à tout commentaire.

Depuis des années, les médias étrangers travaillant en Algérie sont soumis à une procédure d'accréditation bureaucratique, opaque et aléatoire. Philippe Agret, le directeur de l'Agence France-Presse (AFP) pour l'Algérie et nommé en octobre 2019, n'a jamais obtenu d'accréditation des autorités. À ce sujet, aucun motif n'a été fourni. De plus, les conditions de travail sont difficiles pour les journalistes algériens, sur fond de répression du Hirak par les autorités.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/