1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Afghanistan : qui sont les personnes traquées en priorité par les talibans ?
2 min de lecture

Afghanistan : qui sont les personnes traquées en priorité par les talibans ?

Selon un rapport de l'ONU publié vendredi, les combattants islamistes possèdent des "listes prioritaires" de personnes qu'ils souhaitent arrêter en Afghanistan.

Des talibans à Kaboul le 16 août 2021
Des talibans à Kaboul le 16 août 2021
Crédit : Wakil Kohsar / AFP
Quentin Marchal & AFP

La crainte que les promesses des talibans de se montrer cléments et tolérants ne soient sans lendemain grandit dans les rangs de la population afghane, ce vendredi 20 août. Et pour cause, un document confidentiel de l'ONU démontrant que le mouvement a intensifié la traque des Afghans ayant travaillé avec les forces étrangères, a été publié.

Le groupe d'experts d'évaluation des risques pour les Nations unies qui a rédigé ce rapport, que l'AFP a consulté jeudi, affirme que les talibans possèdent des "listes prioritaires" de personnes qu'ils souhaitent arrêter. Les plus à risque sont ceux qui occupaient des postes à responsabilité au sein des forces armées afghanes, de la police et des unités de renseignement, selon le document.

Depuis qu'ils ont pris le pouvoir dimanche, après une campagne militaire fulgurante, les talibans ont pourtant tenté de convaincre le monde et les Afghans qu'ils ne chercheraient pas à se venger de leurs anciens ennemis, promettant de "nombreuses différences" dans leur manière de gouverner par rapport à leur précédent règne, entre 1996 et 2001.

Mais le rapport de l'ONU montre qu'ils effectuent des "visites ciblées porte-à-porte" chez les individus qu'ils veulent arrêter ainsi que chez les membres de leur famille. Ils filtrent aussi les personnes souhaitant accéder à l'aéroport de Kaboul et ont mis en place des points de contrôle dans les plus grandes villes.

Les officiers de sécurité et du renseignement national particulièrement visés

À lire aussi

"Nous nous attendons à ce que les individus ayant travaillé pour les forces américaines et de l'Otan et leurs alliés, ainsi que les membres de leurs familles, soient menacés de tortures et d'exécutions", a déclaré à l'AFP Christian Nellemann, le directeur de ce groupe d'experts, le Centre norvégien d'analyses globales.

Des talibans à la recherche d'un journaliste travaillant pour Deutsche Welle (DW) et désormais installé en Allemagne ont ainsi tué mercredi par balle un membre de sa famille et en ont grièvement blessé un autre, a signalé ce média allemand. "Ils pourchassent activement pour se venger, particulièrement les officiers de sécurité et du renseignement national, c'est ce que j'entends dire", a affirmé l'ex-ministre afghan de l'Intérieur Masoud Andarabi, à la radio britannique Times.

"Ils ont étendu et accentué leurs recherches ces dernières 24 heures", a ajouté Masoud Andarabi, qui s'exprimait d'un lieu non spécifié. Il a expliqué que son propre domicile avait été fouillé trois fois ces quatre derniers jours. Plusieurs journalistes ont également rapporté avoir été rossés à coups de bâton ou de fouet pendant qu'ils essayaient de filmer dans Kaboul. 

Les talibans n'ont cessé de répéter que leurs hommes n'étaient pas autorisés à entrer dans les maisons des gens sans en avoir reçu l'ordre. Un de leurs hauts responsables, Nazar Mohammad Mutmaeen, a assuré que ces consignes restaient d'actualité. "Certaines personnes le font encore, peut-être par ignorance (...) Nous avons honte", a-t-il écrit sur Twitter.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/