1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Wall Street : les Robins des Bois de la finance passent à l'attaque
2 min de lecture

Wall Street : les Robins des Bois de la finance passent à l'attaque

ÉDITO - Des petits porteurs ont infligé cinq milliards de dollars de pertes à des fonds spéculatifs réputés les plus experts de la bourse.

Au sein de Wall Street, la Bourse américaine (Illustration)
Au sein de Wall Street, la Bourse américaine (Illustration)
Crédit : AFP / BRYAN R. SMITH
Wall Street : les Robins des Bois de la finance passent à l'attaque
03:17
Wall Street : les Robins des Bois de la finance passent à l'attaque
03:17
François Lenglet

Tout est parti d’un forum d’investissement, sur un réseau social, Reddit, qui regroupe plusieurs millions de participants. Ils s’en sont pris à un mécanisme très utilisé par les fonds pour faire de l’argent, la vente à découvert, qui est un pari à la baisse. Ces fonds spéculatifs identifient une entreprise cotée en bourse qu’ils estiment fragile, et parient que son action va baisser. En réalité, ils se font prêter des actions de cette entreprise et les vendent, ce qui a pour effet de faire vraiment baisser le cours, et donc de leur faire gagner leur pari : ce sont des paris autoréalisateurs, et c’est de l’argent vite gagné. 

Ces petits porteurs ont décidé d’acheter massivement et de façon concertée les actions de ces entreprises ciblées, Gamestop par exemple, un distributeur de jeux vidéo très mal en point qui possède notamment les magasins Micromania. Comme ils sont des millions, même avec des petites sommes, ils ont fait monter le cours de cette entreprise de 1000% en un rien de temps. 

Et infligé une sacrée paume aux fonds spéculatifs, qui ont dû racheter les titres contre lesquels ils avaient parié, pour limiter leurs pertes, ce qui a encore fait grimper les cours. L’opération a été ensuite étendue à d’autres valeurs mal aimées, comme Nokia ou Blackberry. Au point que les autorités boursières ont dû intervenir pour rétablir le calme, car cette armée avait pris le contrôle de Wall Street.

Faire payer la finance

Leur motivation était le jeu. L’argent, car la montée des cours leur a bien sûr profité. Et, à voir les messages postés sur les groupes d’échanges, un vague objectif politique aussi, faire payer la finance, et la punir des désordres de la crise d’il y a douze ans. Pour autant, les gros font toujours la loi à Wall Street.

À lire aussi

Les vrais gros, non pas les fonds spéculatifs, mais les fonds de pension et les banques peuvent mobiliser des sommes considérables et ils ont d’ailleurs profité en sous main de la révolte des gueux. Mais il faut désormais compter avec la puissante foule des petits porteurs, surtout quand elle peut s’organiser avec les réseaux sociaux. 

C’est la conséquence d’une extraordinaire croissance des plate-formes d’investisseurs individuels, qui permettent à tout un chacun d’acheter et de vendre sur les marchés financiers avec des frais bien plus faibles que dans les banques, voire nuls. 

Certains chefs d’entreprises s’adressent directement aux petits porteurs

La conséquence de l’épidémie aussi, avec l’essor du télétravail et du chômage partiel, permettent de passer des ordres beaucoup plus facilement qu’au bureau. Déjà, certains chefs d’entreprises s’adressent directement aux petits porteurs, et non plus à ce qu’on appelle les "zinzins", les investisseurs institutionnels, les gros.

Elon Musk, le patron de Tesla, le fait avec son compte Twitter, près de 45 millions d’abonnés. Et on ne peut pas dire que ça l’a desservi puisque son entreprise a vu son cours multiplié par sept durant l’année 2020. Il a d’ailleurs encouragé les sans culotte de la finance.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/